Fourons - Page 2

  • Ils hésitent à cueillir les poires

    FRUITICULTURE 

    Nos producteurs de poires sont sûrs de vendre à perte à cause de l’embargo russe 

    Capture d’écran 2014-08-13 à 08.25.01.png

    S’il y a un secteur qui va souffrir de l’embargo instauré par la Russie sur certains produits agroalimentaires, c’est bien celui de la fruiticulture. Comme en témoignent certains producteurs de poires que ce soit du côté d’Aubel ou Herve. Ils hésitent même à cueillir les fruits. 

    Un tiers de la superficie des vergers de la famille Snoeck implantée à Melen mais qui a des vergers aussi sur Herve est utilisé pour cultiver des poires dont une partie était exportée en Russie. Avec l’embargo fraîchement instauré, il faudra écouler les fruits d’une autre façon.

    L’EMBARGO IMPOSÉCapture d’écran 2014-08-13 à 08.29.54.png

    PAR VLADIMIR POUTINE FAIT DES MÉCONTENTS

    Ce qui n’empêche pas la famille de préparer la cueillette. « On la prépare mais on ne sait pas ce que l’on fera de nos fruits. A priori, on les stockera au frigo en attendant de trouver des solutions. » Chez les Meyers, à deux pas d’Aubel, la situation n’est pas plus enviable. Sur leurs 15 hectares, 8 sont consacrés aux pommes et 7 aux poires. « Je ne suis même pas certain qu’on cueillera les poires. Cela nous coûte plus cher d’embaucher des gens pour le faire par rapport à ce qu’on obtiendra en les vendant. C’est dommage car les poires étaient très belles et d’une très bonne qualité cette année. Mais si c’est pour les vendre à des prix tellement peu élevés que ce sera à perte, je me demande si c’est sage de le faire. On laissera probablement beaucoup de fruits sur les arbres. La situation est donc assez compliquée. »  

    (Lire l'article de Valérie ROYER dans "La Meuse Verviers" du 13 août 2014).

  • PLOMBIERES REJOINT AUBEL POUR LE PRECOMPTE IMMOBILIER

    PLOMBIÈRES – FISCALITÉ 

    Impôts : l’IPP passe de 6 à 7,3%: pour récupérer 350.000 € dans les caisses 

    Taxes.jpg


    La majorité URP-cdH a approuvé jeudi soir une augmentation significative de la fiscalité à Plombières. L’impôt des personnes physiques (IPP) passe de6à7,3%tandis que les centimes additionnels au précompte immobilier seront rehaussés de 2.300 à 2.500.

    La fiscalité était au centre des discussions du conseil communal de Plombières de jeudi soir. Et pour les citoyens, ce n’est pas franchement une bonne nouvelle ! Si l’URP et le cdH, actuellement au pouvoir, avaient promis de maintenir une fiscalité basse, ce jeudi, c’est pourtant une augmentation de 1,3 % de l’IPP qui a été décidée. Concrètement, la taxe communale additionnelle à l’impôt des personnes physiques passera de 6 à 7,3 %. Cette hausse rapportera 350.000 euros supplémentaires, ce qui permettra à la commune de poursuivre ses projets d’investissements.

    « Il s’agit clairement là d’un choix politique. S’il est évident que cette mesure ne plaira pas à tout le monde, elle permettra à la com- mune de réaliser de nouveaux investissements » indique d’emblée le bourgmestre Thierry Wimmer, avant de poursuivre : « On aurait pu se contenter de 6% si l’objectif était de boucler le budget ordinaire et de gérer la commune sans faire d’investissement.  

    En pratique, cela signifie que l’on n’aurait plus procédé à des travaux de voirie, que certaines petites entités auraient pu ne plus avoir d’école... Mais ce n’est pas ce que nous souhaitons », indique la majorité.

    La majorité a également approuvé une augmentation de 200 centimes additionnels au précompte immobilier, passant ainsi de 2.300 à 2.500. « Cette augmentation permettra non seulement de faire face à de nouvelles dépenses mais également de pouvoir répondre aux grands défis des années à venir », se justifie le maïeur. Et parmi ces défis, il y a entre autres la constitution des zones de secours, l’augmenta- tion des dotations octroyées au CPAS ou encore la problématique de l’évolution des charges pour les pensions du personnel communal suite à la réforme fédérale.

    TAXE SUR LES PISCINES INCHANGÉE

    Du côté de l’opposition, on s’est évidemment opposé à ces augmentations. « L’ensemble des citoyens plombimontois est touché par cette hausse de la fiscalité alors qu’il y a des possibilités d’aller chercher cet argent ailleurs », argue le socialiste Robert Hagen. Les socialistes se sont d’ailleurs abstenus d’approuver d’autres taxes. Ils regrettent par exemple que la taxe sur les chevaux et poneys d’agrément et celle sur les piscines privées restent inchangées. l

    Un article de FRANÇOISE PEIFFER dans "La Meuse Verviers" du 5 octobre 2013

    La comparaison avec les communes voisines change donc et Plombières rejoint Aubel en ce qui concerne l'impôt foncier:

     

     

    Fourons

    Visé

    Dalhem, Welkenraedt, Thimister-Clermont

    Aubel

    Plombières

    AVANT

    PLOMBIERES APRÈS LA MODIFICATION

    Taux pour la Région

    2,50 %

    1,25 %

    1,25 %

    1,25 %

    1,25 %

    Taux pour la province

    10,00 %

    21,875 %

    21,875

    21,875 %

    21,875 %

    Taux pour la commune

    37,50 %

    32,50

    31,25

    27,875

    31,25 %

    Totaux:

    50,00 %

    55,50 %

    54,25

    51,00 %

    54,25 %

     

     

  • Les "Echos de la Berwinne" à Teuven et Rémersdael

    Echos_20130915-__026.jpg

    L'Harmonie "Les Echos de la Berwinne" a participé, avec 6 autres sociétés musicales des environs, à la fête organisée à Teuven et Rémersdael à l'occasion des 50 ans de collaboration entre la Royale Harmonie de Teuven et l'Harmonie Sainte-Geneviève de Rémersdael.

  • Migrations de population entre Aubel et les Fourons

    Trio_20130831-__018.jpg

    Jean-Claude Meurens, bourgmestre d'Aubel, entouré par José Smeets, échevin de l'opposition francophone des Fourons, et Melchior Wathelet, Ministre d'Etat.

    Comme ses collègues de Dalhem, Visé et Plombières, Jean-Claude Meurens a été interrogé par "La Meuse" à propos de l'émigration des Francophones des Fourons.

  • Noce d'or de Jean Smets et Viviane Franssen

    20130831-__009.jpg

    Jean Smets et Viviane Franssen se sont mariés le 31 août 1963.

    Comme l'a rappelé avec humour Jean-Claude Meurens, bourgmestre d'Aubel, ils sont installés à Aubel en 1969, au cours d'une réception organisée dans le cadre magnifique de Golden Horse à Fouron-le-Comte,  devant toute leur famille, leurs amis, leurs voisins, anciens collègues et amis des Lions-clubs. On y notait même la présence d'un ministre d'état.