Faits divers - Page 5

  • La passagère est décédée aussi

    Deux personnes ont perdu la vie jeudi soir alors qu’un arbre est tombé sur leur voiture, rue des Fusillés (N608) à Dalhem, a indiqué vendredi la zone de police Basse-Meuse. La tempête qui a balayé le pays jeudi a fait deux victimes à Dalhem.

    «Jeudi soir, un arbre a été déraciné et est tombé sur un véhicule qui circulait rue des Fusillés. Le conducteur est décédé sur place et la passagère a été emmenée à l’hôpital de la Citadelle à Liège. Elle a succombé à ses blessures», indiquait la zone de police Basse-Meuse qui a précisé que les victimes étaient un couple d’Aubelois âgés d’une quarantaine d’années.

    Les secours avaient été appelés vers 21h50, alors qu’un témoin venait de découvrir l’accident. Les pompiers de Verviers sont intervenus.

    (Source: Yannick GOEBBELS sur son blog de Dalhem. Photo de Pierre Neufcour du blog de Visé).

    Par ailleurs, le bourgmestre de Dalhem annonce la fermeture de la N608 entre Berneau et Warsage.

  • Avant de partir le cambrioleur a pris son bain

    « On vous le répète souvent, un cambrioleur prend environ 3 min pour entrer, environ 3 min dans le bâtiment puis ressort… mais ici, nous sommes dans un autre canevas, quelque chose d’inhabituel », annonce la zone de police du Pays de Herve. Le cambrioleur en question a sévi route de Val Dieu, à Aubel, le vendredi 18 février dernier. « La vic- time quitte son habitation en soirée pour y revenir en matinée… sans pour autant savoir que son domicile allait servir littéralement de gîte. »

    « Le propriétaire, de retour au petit matin à son domicile constatera que non seulement celui-ci a été fouillé, que des objets ont été volés… mais également que l’auteur s’est tout simplement permis de prendre un bain vu qu’il a fallu vider l’eau de celui-ci », « Vigilance oblige si vous ne désirez pas que votre domicile profite de gîte à n’importe quel malfrat », rappellent les policiers. 

    V.M. dans LA MEUSE VERVIERS du 24 février 2017 et sur lédition digitale.

  • Un arbre tombe sur leur voiture: un mort et une blessée à Berneau.

    Aux alentours de 20 heures, ce jeudi soir, la tempête « Thomas », qui a balayé la région liégeoise tout l’après-midi, a fait deux victimes de la route. 

    Un arbre très gros, situé le long de la rue des Fusillés à Dalhem (celle de la brasserie de la bière Warsage), n’a pu résister aux bourrasques de vent et s’est soudainement abattu sur la route et sur une Dacia Duster qui roulait en direction de Berneau.

    Le conducteur, âgé de 45 ans, a été tué sur le coup. Sa passagère (41 ans), grièvement blessée, a été transportée dans un état grave vers un hôpital de la région liégeoise, où ses jours étaient considérés comme en danger cette nuit. Les deux victimes sont originaires d’Aubel. 

    Vu la taille de l’arbre - dont le tronc affiche une circonférence de plus d’1,5 mètre  ! -, il était quasi impossible pour les occupants de la voiture d’en réchapper. La zone de police de la Basse-Meuse est intervenue rapidement, mais il n’y avait plus rien à faire pour le conducteur de la Dacia.

    L’accident a profondément choqué d’autres automobilistes qui passaient sur la Nationale qui assure la liaison entre Warsage et Berneau, et qui ont tenté de porter secours aux deux occupants.

    Une information de Pierre Neufcour sur le site digital et sur le blog de Visé (avec photos).

  • Le violent conjugal en prison

    Si Cédric Demonceau, un Aubelois de 27 ans, se trouve en prison, c’est pour ne s’être pas montré très gentil envers sa compagne, qu’il a été à deux reprises à deux doigts de tuer dans des crises de colère alcoolique. Déjà, en avril 2015, une scène avait failli mal tourner. Il lui avait tiré les cheveux, l’avait plaquée au mur, et l’avait étranglée, tout en disant qu’il allait la tuer. Il a pourtant fini par la lâcher et lui a dit de filer en lui lançant leur bébé de deux mois. Il avait au préalable téléphoné lui-même à la police en lui disant de faire vite, car il allait la tuer.Capture d’écran 2017-02-20 à 07.44.03.png

    « Elle m’avait dit qu’elle m’avait trompé, j’ai mal réagi. Si j’ai appelé la police, c’est que je préférais être embarqué que d’aller plus loin », admet-il devant le tribunal correctionnel où il comparaît détenu.

    C’est que la scène s’est répétée, alors que leur relation s’était poursuivie malgré les premiers faits. C’était en juin 2016, il était rentré ivre après un match de football. Là aussi il l’a menacée de mort et a tenté de l’étrangler, Céline, enceinte, ne devant son salut qu’en se réfugiant chez des voisins en petite culotte. « Elle m’avait dit qu’elle voulait me quitter », explique-t-il.

    Cédric est arrêté, puis remis en liberté sous conditions strictes. Et Céline, qui a cette fois compris, l’a effectivement quitté pour refaire sa vie avec un autre. Ce qu’il n’a pas supporté en voyant une photo du nouveau couple sur Facebook. Alors, le 18 octobre dernier, il s’est rendu en rage chez eux, a défoncé la porte et a flanqué plusieurs coups de poing au visage du nouveau compagnon de Céline, lui occasionnant une fracture du nez et de la mandibule. « Arrête, tu vas le tuer », criait Céline en tentant de s’interposer. Elle dit qu’il a alors pris un couteau, mais qu’elle est parvenue à le désarmer, ce qu’il nie.

    En entendant le ministère public réclame deux ans de prison ferme, en raison d’un antécédent de violence (une bagarre entre jeunes, en 2010) et du fait qu’il n’a pas respecté les conditions de sa libération conditionnelle, Céline qui est dans la salle éclate en sanglots !

    Son avocat, Me Olivier Pirard, essaye d’atténuer cette fermeté en évoquant une relation tortueuse et l’influence néfaste de l’alcool (il buvait jusqu’à une douzaine de canettes de 50 cl par jour) qu’il a de lui-même banni de sa vie, ainsi qu’une relation apaisée avec son ex-compagne. Il espère un sursis ou une peine de travail.

    Mais c’est à de la prison ferme, 15 mois, que le tribunal condamne Cédric, pour les raisons invoquées par le ministère public. 

    LUC BRUNCLAIR dans LA MEUSE VERVIERS du 20 février 2017

  • Un faux agent d’Ores

    PLOMBIÈRES – ARNAQUE

    Un arnaqueur a sévi sur la com- mune de Plombières. Se faisant passer pour un agent d’Ores, l’homme réclame un paiement en liquide contre une intervention prétendument faite sur le compteur de l’habitation. Ores et la police mettent en garde : ne donnez pas d’argent ! « Nous avons été informés de la présence d’une personne se faisant passer pour un de nos collaborateurs dans la commune de Plombières », indique le gestionnaire de réseau de distribution d’électricité ORES sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’une arnaque. La zone de police Pays de Herve prévient les riverains qui tomberaient sur cet arnaqueur : il est important de noter sa description et d’appeler le 101.