Faits divers - Page 5

  • 31.028 € pour 14 dossiers aubelois

    Les intempéries de mai et juin derniers ont fortement touché nos communes. Mais la grande « gagnante », c’est bien Welkenraedt, dont le total des indemnisations s’élève à 4,3 millions.

    Capture d’écran 2016-12-23 à 15.42.19.pngSouvenez-vous, en mai et juin derniers, pratiquement l’ensemble de notre pays était secoué par des tempêtes et des inonda- tions. D’ailleurs, pas une des 589 communes que compte le pays n’a pas connu au moins un sinistre. Pour les compagnies d’assurances, l’heure est au bilan. As-uralia, l’union professionnelle des entreprises d’assurances, a dans ce sens présenté ses chiffres. Concrètement, dans l’arrondissement de Verviers fort de 29 communes, 2.610 dossiers au total ont été introduits (les communes avec moins de dix dossiers rentrés n’ont pas été comptabilisées). Sans grande surprise, ce sont les communes de Verviers, Dison et Welkenraedt qui sont les plus concernées. Si on dénombre 518 dossiers pour Verviers, 394 pour Dison et 371 pour Welkenraedt (avec 5.099 dossiers, Saint-Trond est la commune qui compte le plus grand nombre de dossiers introduits sur l’ensemble du pays, NDLR), on se rend compte que les dégâts ont été bien plus importants dans cette dernière. Car, pour Welkenraedt, le total des indemnisations dûes aux victimes assurées s’élève tout de même à 4.349.215€. Sachant que le mo tant total des indemnisations pour l’ensemble de la région verviétoise est de 12.894.775€, Welkenraedt représente donc à elle seule environ un tiers de ce montant ! Et si on compare au niveau national, Welkenraedt est même au hit-parade des communes les plus indemnisées. C’est dire si les dégâts y ont été importants. Pour rappel, ces indemnisations

    couvrent les dégâts de tempêtes, d’inondations avec les dégâts des eaux et les dégâts aux véhicules. « Ce jour-là, le ciel nous est littéralement tombé sur la tête », se souvient le bourgmestre de Welkenraedt, Jean-Luc Nix. « Chez nous, c’est essentiellement le centre de l’entité, dont la place des Combattants et l’école communale, qui a particulièrement été touché. Sans oublier Hockelbach et le Haut Vivier », ajoute-t-il.

    Trois autres communes de notre région dépassent également le million d’euros d’indemnisation : Dison Capture d’écran 2016-12-23 à 15.46.23.png(1.663.367€), Verviers (1.230.388€) et Thimister-Clermont (1.174.833€). Pepinster et Limbourg, qui ont aussi vécu des scènes désolantes, viennent plus loin au classement avec, respectivement, 596.598€ et 502.866€. Quant à la charge moyenne des sinistres, qui connaît de grands écarts vu que l’importance des dégâts varie fortement d’une commune à l’autre, elle est pour Welkenraedt de 11.723€. Ce qui est également élevé et ce, en rai- son des sinistres graves connus par la commune. Welkenraedt est même la quatrième commune de Belgique à ce niveau. La première étant Evere avec un montant moyen de 35.063€. 

    RCOL dans LA MEUSE VERVIERS du 22 décembre 2016

    Capture d’écran 2016-12-23 à 15.46.30.png

  • Une vieille dame étouffée

    Dans la région verviétoise on connaît peu voire pas d’enquêtes dans laquelle le meurtrier n’a pas été retrouvé. L’une d’elle concerne Marie-Rosalie Moors. Cette vieille dame de 86 ans habitait Aubel, dans l’impasse du Stade. En mai 2001 on la retrouve chez elle, morte sur son lit avec un coussin sur le visage. La porte arrière de l’habitation a été fracturée et la maison entièrement fouillée. Elle semble avoir été la victime d’un cambrioleur. La dame est veuve et sans enfant. Un appel à témoins avait été lancé pour retrouver un rôdeur qui avait été aperçu ce matin là près du domicile de la vieille dame. L’enquête piétine et, aux dernières nouvelles, on n’a jamais retrouvé l’auteur de ce meurtre crapuleux. 

    D'un article de VICTORIA MARCHE dans LA MEUSE VERVIERS du 20 décembre 2016 à propos d'un meurtrier qui court toujours.

  • Meurtre de Manuel Maroquin : nouveau pourvoi en Cassation

    Yves Hody et Hugues Dewit ont déjà eu droit à quatre passages en assises suite à l’assassinat de Manuel Maroquin. Et ce n’est peut-être pas fini.

    Voilà un nouvel épisode à la saga judiciaire liée à l’assassinat de Manuel Maroquin en 2005 à Xhendremael (Ans). LeCapture d’écran 2016-12-20 à 07.50.30.png 30 novembre dernier, Yves Hody et Hugues Dewit ont été acquittés par la cour d’assises du Luxembourg. Mais l’avocat général a décidé de signer un pourvoi en Cassation.

    « C’est ce que j’ai aussi appris », nous confirme Me Michel Bouchat, avocat d’Yves Hody. « Mais je ne connais pas les motivations. Je trouve cependant que cela ressemble à de l’acharnement. Et qu’à la fin cela coûte très cher à l’Etat belge. » Contacté, l’avocat général Paul Catrice a indiqué « que le ministère public ne s’inclinait que quand la décision rendue était conforme au droit ». Ce qui signifie que l’accusation a donc relevé un problème dans la forme du procès et/ou de l’arrêt rendu, seule possibilité pour introduire un pourvoi.

    LIÈGE, NAMUR, ARLON...

    Pour rappel, Hody et Dewit ont eu droit à un premier procès en assises, à Liège, en janvier 2014. L’arrêt rendu avait été anéanti en Cassation. Nouveau procès donc, mais à Namur. Les deux sont acquittés, mais un nouveau pourvoi est introduit et l’arrêt à nouveau cassé. Dans l’attente d’une nouvelle session, François Toussaint est jugé, seul car faisant défaut auparavant, et condamné à 25 ans de prison, reconnu comme celui qui a tiré sur Maroquin. Troisième procès pour Hody et Dewit en janvier 2016, à Arlon. Vite interrompu car la présidente est récusée car elle a aussi présidé le procès de Toussaint. Pour les deux autres, cela reprend, pour la quatrième fois, en novembre et cela aboutit à un double acquittement. Mais ce n’est donc pas encore tout à fait fini.

    N.LD ET A.B. dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 20 décembre 2016

  • La colère après le 3e acquittement d’Yves Hody

    La famille de Manuel Maroquin est unanime

    La justice a tranché ! Après cinq procès devant la Cour d’assises, Yves Hody est acquitté pour la troisième fois. Il n’a donc pas commandité l’assassinat de Manuel Maroquin, dans la nuit du 7 au 8 mars 2005, à Xhendremael (Ans). Dewitte est lui aussi acquitté par la Cours d’assises du Luxembourg.

    Les votes ont été serrés. Concernant la question de la culpabilité de Hody, un résultat de sept votes contre cinq s’était dégagé au sein du jury qui estimait donc Yves Hody « coupable ». Comme le veut la procédure, les trois magistrats professionnels de la cour ont été amenés à se retirer et se sont ralliés à la minorité du jury, estimant qu’il existait un doute devant être favorable à Yves Hody. C’était donc un acquittement pour le Verviétois. Joëlle Rahier, la veuve de manuel Maroquin, était en colère. « Je n’ai pas encore trouvé la force de l’annoncer à mon fils », lance-t-elle. « Je vais le faire ce soir (NDLR : jeudi). La justice a décidé que Hody n’avait rien fait, c’est un peu se foutre de notre tête. Mon fils et moi avons laissé 12 ans de notre vie et le prix d’une maison en frais d’avocats. Et tout cela pour ça… Je n’avais même plus les moyens d’être représentée par un avocat pour ce dernier procès au Luxembourg. Alors, oui, c’est de la colère que je ressens aujourd’hui. »

    DES PARENTS ABATTUS

    Du côté des parents de Manuel Maroquin, la tristesse et l’émotion avaient du mal à masquer une colère bien présente. « Le jury ne s’était pas trompé, sept des douze membres estimaient Hody coupable », explique Adrienne Gerin, la maman de Manu. « Mais les magistrats, qui disent connaître ce dossier sur le bout des doigts, ont fait pencher la balance de l’autre côté. À cause de leurs trois votes, la situation s’est renversée et le résultat est devenu 7-8. En 10 secondes, mon fils a été assassiné dans son allée de garage. Ce sont les magistrats qui ont acquitté Hody. Je m’interroge. Mon mari et moi sommes écœurés, c’est le cinquième procès auquel nous assistons. »

    UN FILS SANS SON PAPA

    Les jours qui viennent vont, évidemment, être douloureux pour Adrienne et Jean-Paul Maroquin qui comprennent bien que c’était la toute dernière chance d’obtenir la condamnation d’Yves Hody. Maxime, le fils de Manuel Maroquin et de Joëlle Rahier, avait 4 ans lorsque son papa a été exécuté. Il est devenu adolescent et s’est construit sans son père. Le jeune homme aura bientôt 16 ans et dans ses traits, Adrienne et Jean-Paul voient leur fils, Manuel. « C’est lui tout craché », poursuit Adrienne. « Lorsque je le regarde, je vois Manu. Dès fois, il m’arrive même de l’appeler Manu… » 

    ARNAUD BISSCHOP dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 2 décembre 2016

    Lire la suite

  • Yves Hody et Hugues Dewit acquittés, pour la troisième fois

    Yves Hody et Hugues Dewit ont été acquittés, mercredi soir, devant la cour d’assises du Luxembourg, de l’assassinat de Manuel Maroquin, abattu devant chez lui dans la nuit du 7 au 8 mars 2005 à Xhendremael (Ans).
    Concernant la question de la culpabilité de Yves Hody, un résultat de 7 votes contre 5 s’était dégagé au sein du jury. Comme le veut la procédure, les trois magistrats professionnels de la cour ont été amenés à se retirer et se sont ralliés à la minorité du jury, estimant qu’il existait un doute devant être favorable à Yves Hody, ce qui était donc synonyme d’acquittement.

    Ce procès devant les assises du Luxembourg était, en réalité, le troisième procès pour ces mêmes faits pour Yves Hody et Hugues Dewit. Un premier s’était tenu devant la cour d’assises de Liège en janvier 2014 mais le verdict avait alors été cassé par les trois magistrats professionnels pour une erreur du jury sur des notions juridiques au sujet de Yves Hody et Hugues Dewit.


    Un second procès s’était tenu, quelques mois plus tard, devant la cour d’assises de Namur. Un double verdict d’acquittement y avait été prononcé mais avait été ensuite cassé par la cour de cassation, saisie par le parquet, pour une raison de motivation. L’affaire a donc encore été renvoyée devant la cour d’assises du Luxembourg.