Commerce - Page 5

  • Ducarme : « Aucun danger imminent pour la santé »

    Le cabinet du ministre Ducarme réagit suite aux informations faisant état de la procédure de l’AFSCA contre l’entreprise aubeloise Denis Baltus, spécialisée dans la production d’œufs colorés. « Les non-conformités relevées au sein de l’entreprise Baltus relevaient d’une procédure ne visant aucun danger imminent pour la santé du consommateur ni une fermeture temporaire de l’entreprise », assure le cabinet. « À l’inverse de ce qui a été annoncé dans certains médias, les non-conformités relevées au sein de l’entreprise balthus (sic) relevaient d’une procédure ne visant aucun danger imminent pour la santé du consommateur ni une fermeture temporaire de l’entreprise », annonce le cabinet du ministre Ducarme dans un communiqué.

    Pour rappel, l’entreprise a fait l’objet de plusieurs contrôles de l’AFSCA débouchant sur des déclarations de non-conformité. Trois ont finalement été retenues : absence de mise en œuvre complète du retrait du marché ; absence de relation correcte entre les entrées et les sorties ; non-respect des délais pour la transmission de documents de traçabilité.

    L’AFSCA voulait qu’on retire ses autorisations et agréments à l’entreprise, mais le ministre Ducarme lui a laissé plusieurs occasions de se mettre en ordre, ce qui a finalement été fait à la fin janvier 2018. « Nous ne nous situons donc évidemment pas dans une problématique liée à des œufs au fipronil », poursuit le cabinet. Pourtant le rapport de l’AFSCA, que nous avons pu consulter, parle de contrôles réalisés en 2016 mais aussi en août 2017, en pleine crise du fipronil. Et assure notamment que « tous les clients de Baltus n’ont pas été prévenus des livraisons d’œufs contaminés par le fipronil ».

    « La commission de recours de l’AFSCA avait dans ce sens logiquement décidé de maintenir les agréments et autorisations jusqu’au 10/01/ 2018, par rapport à un dossier ouvert depuis février 2016. Après un délai ultime accordé par le ministre l’entreprise sera aux normes le 29/ 01/2108 soit près de 2 ans après l’ouverture du dossier.

    Le ministre Ducarme appelle à davantage de rigueur dans le traitement de ces informations sensibles. » 

    B.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 14 avril 2018.

  • LA RIGUEUR SELON LE CABINET DUCARME

    Pas contents, les membres du cabinet du ministre Ducarme, épinglés cette semaine dans le cadre du rachat de l’entreprise Derwa et de la SPRL aubeloise Denis Baltus. D’où le communiqué envoyé ce vendredi matin, où le ministre assure que les non-conformités relevées au sein de l’entreprise aubeloise « relevaient d’une procédure ne visant aucun danger imminent pour la santé du consommateur. » Et d’appeler aussi, dans le même communiqué, les médias « à d’avantage (sic) de rigueur dans le traitement de ces informations sensibles. » Ah oui, en parlant de rigueur, le cabinet du ministre évoque à chaque fois et ce à deux reprises dans son mail le dossier « Bathus » au lieu de « Baltus »…

    Dans la page " Ça va se savoir " de la MEUSE VERVIERS du 14 avril 2018.

  • Le ministre a-t-il favorisé la société aubeloise ?

    Des responsables de l’AFSCA impliquent la SPRL Denis Baltus dans le cadre de l’affaire du fipronil.

    La société aubeloise Denis Baltus a-t-elle été favorisée par le ministre Ducarme, qui lui aurait donné plusieurs délais supplémentaires pour lui permettre de se mettre en ordre avant une perte de ses autorisations ? C’est ce que disent des membres de l’AFSCA et ce qui semble apparaître d’un rapport dont nous avons pu prendre connaissance. Mais, tant du côté du ministre que de la société, on réfute toutes les accusations.

    Dans la nouvelle affaire touchant à des fraudes dans le secteur de la viande, Le Soir rapporte jeudi le témoignage d’une personne travaillant à l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA). Elle relève ce qu’elle estime être des « éléments troublants » impliquant l’entourage du ministre de tutelle de l’agence, Denis Ducarme (MR), concernant l’affaire Derwa. Mais aussi concernant une entreprise aubeloise, la SPRL Denis Baltus, dans le cadre de l’affaire du fipronil.

    D'une page à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 13 avril 2018.

  • Les journées wallonnes de l'eau chez nous

    Pour l'édition de 2018 des Journées Wallonnes de l'Eau, le Comité Local Berwinne, en association avec la Maison du Tourisme Pays de Herve, a organisé un circuit en car de découverte de la place de l'eau dans la fabrication des produits du terroir (fromage, sirop, bière,...). Ce circuit aura lieu le samedi 24 mars, le rendez-vous est fixé à 8h30 à la Maison du Tourisme Pays de Herve. L'inscription est obligatoire aupès de la Maison du Tourisme au 087/ 69 31 70.

  • Jeholet : « Ne pas supprimer l’AFSCA »

    Durant toute la semaine, le dossier Veviba a occupé le ministre wallon de l’Emploi et de l’Économie, le Hervien Pierre-Yves Jeholet (MR). Il revient sur cette semaine agitée, sur les actions mises en place en urgence et sur l’avenir du secteur de la viande, dans un entretien avec Bruno Beckers dans LA MEUSE VERVIERS du 19 mars 2018

    " En Wallonie, on a des matières premières (lait, culture, bois, eau…), mais dans le secteur alimentaire toute la transformation se fait en Flandre ou ailleurs ! Il y a un bel exemple chez nous à Aubel avec la siroperie, la cidrerie, la viande, mais c’est une exception en Wallonie ! On serait encore plus fort si on transformait ces matières premières chez nous pour avoir encore plus de richesse."