Aubel - Page 2

  • Décès du fondateur de FunéRADER

    C’est un entrepreneur au nom connu de tous qui s’en est allé ce lundi 18 juin. Hubert Radermecker, fondateur avec Capture d’écran 2018-06-22 à 16.51.36.pngson épouse de la société funéraire Radermecker-Spronck, est décédé à l’âge de 86 ans. Ses funérailles seront célébrées ce samedi 23 juin à Baelen, village où il a passé la majeure partie de sa vie, avec une petite particularité. Pour son dernier voyage, Hubert Radermecker sera emmené de l’église vers le cimetière dans son corbillard à cheval.

    « Il avait trouvé ce corbillard, qu’on utilise de temps en temps, dans les Ardennes luxembourgeoises et l’avait retapé. Il en était très fier », se souvient son fils Yves, qui indique que son père n’avait jamais voulu s’appesantir sur ses funérailles.

    « C’ÉTAIT UN BATTANT »

    Hubert Radermecker, qui a passé ses jeunes années à Baelen, a entrepris des études en menuiserie et ébénisterie, après quoi il s’est lancé comme indépendant à l’âge de 20 ans. Déjà il conçoit des cercueils sur mesure. La rencontre avec celle qui deviendra son épouse en 1961 lui donnera une union solide, dont naîtront trois enfants (Yves, Carine et Vincent), mais donnera également une autre dimension à sa carrière professionnelle. Le couple achète une chambre mortuaire et un corbillard, en plus de la menuiserie, et lance ainsi l’aventure familiale de l’actuel FunéRADER.

    « Il avait la niaque. C’était un battant et un travailleur. Il était exigeant avec lui-même, son personnel et ses enfants, mais toujours juste », réagit Yves Radermecker. Mais son travail ne l’a jamais empêché de consacrer du temps à ses enfants et de s’investir dans des associations locales, « à la fanfare où il joue du tuba, au tir de la Saint-Paul pour qui il fabriquera l’oiseau pendant 50 ans, et au club cycliste ».

    Il créera aussi le funérarium d'Aubel qui fait toujours partie de l'entreprise.

    D'un article d'A.F. dans LA MEUSE VERVIERS du 22 juin 2018.

  • Concert du Printemps : Les MUFFATTI (B)

    Jean-Sebastien Bach : Ouverture pour orchestre n° 3 BWV 1068

    Jean-Sebastien Bach : Cantate « Liebster Jesu, Mein Verlangen » BWV 32

    Christoph Graupner : Cantate « Wo willst du hin Betrübte Seele » GWV 1155/09A

    Christoph Graupner : Concerto pour hautbois d’amour

    Le Brussels Baroque Orchestra « Les Muffatti » nous revient ce vendredi 15 juin, à Val Dieu, dans le cadre des Concerts du Printemps,  avec un programme de musique baroque, à la fois sacrée et instrumentale, due à la plume de J.S. Bach et de son contemporain Ch. Graupner. Un effectif de 17 musiciens, dont une soprano et un baryton, dont nous avions déjà pu apprécier l’excellence en 2015. Une grande soirée en perspective ! 

    Un aperçu en musique : https://www.youtube.com/watch?v=x6LqOIY8XC8&t=33s

    Le site officiel : http://www.lesmuffatti.be/lorchestre/

    Lire la suite

  • Concert unique à Val-Dieu

    Grande première à Val-Dieu, dans le cadre des concerts du printemps. Un concert de musique de jazz avec le saxophoniste Steve Houben, la soprano classique Julie Mossay et le trio de Nathalie Loriers, accompagnés par l’Orchestre royal de chambre de Wallonie est programmé le 22 juin à partir de 20h.

  • Encore un accident à Hagelstein

    Il y a quelques jours, une dame, en Peugeot, venait de " la Planck" en direction d'Aubel et elle n'a pas marqué le stop;  un Monsieur, venant de Visé n'a pas pu éviter le choc alors qu' il ne roulait pourtant pas vite, les dégâts sont importants,
    Les deux voitures probablement " déclassées" mais il n'y a heureusement pas de blessés...

    "A quand ce fameux rond-point !!!", disent les voisins.

    001 - copie.jpg

  • Le resto du moulin du Val-Dieu va rouvrir

    L’huile de bras et la réactivité paient au Moulin du Val-Dieu. Malgré le torrent d’eau boueuse qui a dévasté le site, Léon Stassen père et fils se préparent à rouvrir leur restaurant dès ce vendredi, une petite semaine après la crue. Un sacré challenge relevé, même si certains dégâts demeurent visibles ici et là et s’ils représenteront un sacré coût pour l’entreprise et son assureur. Nous avons fait le tour du moulin dévasté avec ses locataires, Léon Stassen père et fils...

    D’un article d’Yves BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 juin 2018