Aubel - Page 2

  • Décès de Monsieur Gaspard SCHYNS, veuf de Madame Rose VIEILLEVOYE

    La famille annonce le décès de Monsieur Gaspard SCHYNS, veuf de Madame Rose VIEILLEVOYE, décédé le 24 février Schyns.png2018 dans sa 96ème année.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'inhumation au cimetière d'Aubin-Neufchâteau, sera célébrée en l'église Saint-Laurent d'Aubin-Neufchâteau le mercredi 28 février 2018 à 10 heures 30.

    Faire-part

     

  • La Jeunesse de La Clouse a contruit ses locaux

    RUINE RÉNOVÉE À LA CLOUSE

    Une trentaine de jeunes pour un petit patelin comme La Clouse, c’est un fameux effectif. Mieux : il ne rechigne pas à se retrousser les manches. La preuve avec la maison que la Jeunesse locale vient  d’aménager. Un bâtiment qui était devenu insalubre, après avoir abrité le réfectoire de l’école communale. Les jeunes ont alors acheté le bâtiment fin 2015, avec l’idée d’en faire leur chez soi. Restait à aménager...
    «On n’a gardé que les quatre murs », explique Antoine Nyssen.
    Les jeunes ont refait tout eux-mêmes, hormis la toiture, le rejointoyage et le plafonnage. Un gros chantier  qui s’est terminé au pas de course pour l’inauguration samedi, en présence de presque tout le village, admiratif.
    Il s’agit maintenant de rembourser l’emprunt contracté pour l’achat du bâtiment et son aménagement: 135.000 € environ.
    Pour ce faire, la jeunesse louera le rez-d-chaussée, qui devrait bien convenir pour des fêtes familiales (baptêmes, communions...).
    Ce niveau sera en principe réservé à cet usage. Quant au premier étage, ce sera le coin des jeunes, avec divans, bar, kicker...
    Le financement sera aussi en partie assuré par l’accueil de camps de mouvements de jeunesse.
    Les normes à cet usage ont été respectées : douche, toilettes, sortie de secours... Par ailleurs, on limitera la consommation d’énergie. Ainsi, «tout est éclairé par des led et on a une douzaine de panneaux  photovoltaïques », souligne Antoine Nyssen.

    Y.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 12 février 2018

     

  • Le jazz s’invite aux concerts de Val-Dieu

    Le saxophoniste verviétois Steven Houben se produira dans la basilique pour la 52e du festival.

    Un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 5 février 2018

  • La brasserie du Val-Dieu va grandir

    La Val-Dieu est devenue une valeur sûre en région verviétoise, et pas seulement là d’ailleurs. Elle se vend de mieux en mieux, pour preuve, ce sont 13.000 hectolitres qui ont été brassés en 2017. « Notre capacité maximale est de 17.000 hectolitres par an et à cette allure, on y arrivera vite », avoue Alain Pinckaers, le patron de la brasserie du Val-Dieu qui ajoute que « chaque année, on vend 10 à 15 % de bières en plus ».882D3620-C16D-4408-84EF-C1487603231B.jpeg
    Du coup, on pense de plus en plus à agrandir du côté de Val-Dieu pour pouvoir brasser davantage à l’avenir. Et si ce n’est encore qu’un projet à l’heure actuelle, les démarches ont bel et bien commencé. « Je pensais que ça irait plus vite mais comme c’est un bâtiment classé, ce n’est pas si facile que ça. Je ne pense pas qu’on veuille nous mettre des bâtons dans les roues du côté de l’abbaye, c’est simplement que ça prend beaucoup de temps », explique Alain Pinckaers qui veut absolument continuer à brasser à l’abbaye.
    Il espère tout de même voir le gros projet d’agrandissement sortir de terre d’ici deux à trois ans. Ça pourrait inclure d’autres nouveautés mais il préfère ne pas en dire plus pour le moment.

    Lire la suite

  • Le Casse-Croûte a connu des vols de verres à bière

    Capture d’écran 2018-01-11 à 08.07.02.pngNous vous en parlions en mai 2017, le Casse-Croûte, le café-brasserie à l’ombre de l’abbaye n’avait plus de grands verres à Val-Dieu. Pour cause, ils avaient tous été dérobés par des voleurs. Les visiteurs de l’abbaye qui souhaitent boire la bière locale dans sa version 33 cl ne pouvaient plus le faire. Du coup, il fallait se rabattre sur la version « galopin ». La brasserie avait dès lors recommandé une centaine de verres… Une problématique difficile puisque la brasserie fonctionne en mode self-service. En été, les clients viennent au bar et s’installent ensuite dans une des salles intérieures ou en terrasse. Quelques mois plus tard, la situation semble s’être calmée.

    « Nous ne sommes là que depuis deux mois donc c’est difficile à dire. Nous n’avons pas encore eu de cas de vol. Cela s’explique aussi par la période creuse et par le temps. C’est plus facile de surveiller à l’intérieur », explique Alain Pinckaers, le responsable de la brasserie.

    D'un article d'OCÉANE GASPAR dans LA MEUSE VERVIERS du 11 janvier 2018