Agriculture - Page 4

  • Fruits plus rares : le sirop pourrait en pâtir

    Pour les siropiers, ces gelées ne sont pas bon signe non plus : ils sont tributaires de la production de pommes et de poires.

    «On verra », philosophe Claudy Nyssen, à la siroperie artisanale d’Aubel. À Henri-Chapelle, son confrère Éric Charlier, qui possède lui-même encore une centaine d’arbres hautes tiges, pense que ceux-ci pourraient avoir évité le pire, étant moins avancés dans leur maturité que d’autres. Néanmoins, si tout le secteur est concerné, c’est sûr, il aura moins de fruits à cuire.

    Et comme tout ce qui est rare est plus cher, il devra peut-être davantage payer ses fournisseurs... Ce qui logiquement pourrait peser sur le tarif du pot de sirop. Chez Meurens, à Aubel, où l’on fabrique le « vrai sirop de Liège » et où l’on s’approvisionne en fruits dans un rayon d’une centaine de kilomètres (en provenance du Pays de Herve, du Limbourg néerlandais, de la région de Saint-Trond et de Dalhem, notamment), on redoute aussi des prix de la matière première à la hausse. Néanmoins, comme il y a toujours un stock de jus concentré qui peut se conserver deux ou trois ans, on peut limiter l’effet d’une année de moins bonne production. 

    YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 3 mai 2017

  • Une organisation publique de l'Amicale des Ainés de la F.W.A. du Pays de Herve-Aubel

    (Photo TéléVie)

    L’Amicale des Ainés de la F.W.A. du Pays de Herve-Aubel invite à la conférence « Derniers développements de la recherche pour lutter contre le cancer » donnée par le Professeur ARSENE BURNY, Professeur à l’U.L.B.(Facultés Agronomiques de Gembloux), le JEUDI 6 AVRIL 2017 à 14 h à la Salle Saint-Brice, rue Belven, 12 à 4852 Hombourg.

    Arsène Burny est Professeur honoraire de la faculté des sciences agronomiques de Gembloux, Docteur en sciences zoologiques à l’Université Libre de Bruxelles et Président du Télévie. Il a accepté de nous présenter les nouveaux progrès de la recherche contre le cancer. Cet après-midi se terminera par un goûter amical autour d’une tasse de café.

    P.A.F. 10 € par personne (goûter compris).

    Inscription obligatoire auprès de Victor Taeter par téléphone au 087/301 326 ou 0496/74 23 06 pour le 28 mars 2017 au plus tard. Paiement au compte n° BE 30-1030-1586-3511 (Paiement faisant foi) avec la communication « conférence A. Burny + nombre de personnes ».

  • 9 porcs wallons sur 10 abattus à Aubel

    Visite ministérielle ce mercredi dans les bâtiments de Lovenfosse, le leader wallon de l’abattage des porcs, à Aubel. Le directeur de la société a profité de la présence du Ministre wallon René Collin (cdH) pour notamment lui demander une accentuation des mesures de soutien à la filière porcine en Wallonie.

    Un invité de marque était présent ce mercredi dans les locaux de l’entreprise Lovenfosse à Aubel. Le Ministre wallon de l’agriculture et de la ruralité, René Collin, avait en effet effectué le déplacement afin de visiter les vastes installations du leader wallon de l’abattage des porcs. En Wallonie, environ 9 porcs sur 10 sont abattus dans l’abattoir aubelois (12.300 porcs abattus par semaine).

    Cette visite ministérielle n’était pas si anodine que ça. Si c’était l’occasion pour le directeur de l’entreprise, Martin Lovenfosse, de présenter à René Collin l’ensemble des activités de sa société (abattage, découpe-désossage et conditionnement), c’était aussi l’opportunité de lui lancer quelques messages.

    Lire la suite

  • L’abattoir Lovenfosse d’Aubel teste les aliments sans OGM

    POUR LIMITER L’ODEUR DE VERRAT

    L’usine Dumoulin (AVEVE) de Hombourg ne manque pas de projets pour innover dans son secteur. La société vient d’ailleurs de lancer un concept alimentaire breveté. Il a été présenté lors de l’exposition agricole Agriflanders. Ce nouveau composé alimentaire a été testé à la ferme Royen à Thimister-Clermont, avec la collaboration de l’abattoir Lovenfosse d’Aubel et de l’institut de recherche ILVO.

    « Taintstop » permet de réduire l’odeur de verrat dans la viande de porc et se profile donc comme une réelle alternative à la castra- tion, qui devra être abolie dès 2018.

  • Non au CETA : les agriculteurs verviétois "fiers d'être wallons"

    La commission européenne a donné jusqu'à vendredi à la Belgique pour trouver une solution avec la Wallonie. La Wallonie bloque à elle seule en effet le CETA, le traité de libre échange entre l'Europe et le Canada, en négociation depuis 7 ans. 

    "Je suis très fier d'être wallon, soutient Gustave Wuidart, ancien agriculteur à Bilstain et opposant au CETA.Les Wallons résistent. Ce n'est qu'un petit peuple. Nous sommes un peu l'Astérix de l'Europe"

    Il espère que ce "non" wallon provoque un sursaut d'autres pays. Son fils, Eric Wuidart, qui a repris l'exploitation agricole familiale aussi: "C'est un espoir, c'est peut-être une utopie. Mais il faut avoir des utopies pour avancer. Si on n'arrive pas à bloquer cet accord, ce sera peut-être le suivant, le TTIP (NDLR: accord commercial entre les Etats-Unis et l'Union européenne). Plus de pays seront contre, oseront mettre leur veto".

     (A.M. - TéléVesdre)