Agriculture - Page 2

  • Gotta a failli couler à cause du scandale Veviba

    Voici un peu moins d’une semaine maintenant, un nouveau scandale alimentaire éclatait du côté de Bastogne, sur le site de Veviba. Des produits non conformes aux normes sanitaires ont été constatés par l’Afsca. Un scandale qui a eu une incidence sur l’ensemble du groupe bastognard, c’est notamment le cas des abattoirs Lanciers, à Rochefort. La société a perdu la presque totalité de ses clients depuis vendredi. 90 % des clients des abattoirs ont décidé d’aller voir ailleurs.
    Tout profit pour la société Gotta à Aubel notamment qui, depuis ce scandale, a vu ses commandes augmenter de 60 %. Et si c’est bien entendu une bonne nouvelle, il s’en est fallu de peu pour que Jean Gotta ne soit également entraîné dans la tourmente. En effet, comme nous vous le confions en mai 2017, le groupe aubelois devait logiquement intégrer les abattoirs Lanciers. Mais, comme l’ont révélé nos confrères de Télévesdre ce mardi, l’opération a immédiatement été annulée. Les deux entreprises devaient partager leur expérience et leur travail sur l’export, comme recommandé par une étude de la Sogepa, mais vu les récentes révélations, le groupe Jean Gotta a mis un terme à cette opération. « Notre groupe est totalement indépendant du groupe Veviba et n’a pas été inquiété dans l’affaire qui fait grand bruit », révèle d’ailleurs Patrick Schiffers, administrateur délégué de l’entreprise, au micro de Télévesdre.
    Voici près d’un an que les deux sociétés étaient en discussion. Mais les choses ont finalement un peu tardé et l’Autorité Belge de la concurrence n’avait pas encore remis son accord, une chance finalement pour le groupe sans quoi ils auraient certainement subi de plein fouet les mêmes conséquences du scandale. Patrick Schiffers ne veut pas se positionner pour le moment sur le fond du dossier mais rappelle que sa société travail le plus sérieusement possible et demande aux consommateurs à faire preuve de discernement dans ce dossier qui met à mal toute la filière.

  • 12.000 arbres aux pommes à chair rouge

    La cidrerie Stassen, désormais intégrée au groupe Heineken, voit son avenir en rosé. Avec un cheval de bataille qui trace son chemin : la pomme rouge, de variété Geneva qui, comme son nom ne l’indique pas, est originaire du Québec. C’est là que des responsables de la cidrerie aubeloise l’ont découverte voici quelques années. Et depuis, le département recherche et développement du cidrier aubelois s’escrime à en faire un fer de lance de sa production. Ce qui amène Alexandre Renerken, le chargé de communication de la cidrerie, à prédire que dans les mois prochains, on pourrait assister à « une belle révolution de la pomme rouge ».

    Lire la suite

  • Séance d’infor

    Les artisans du Vin du Pays de Herve vous invitent ce 28 janvier à une séance d'information à la Salle du Cercle à Aubel !

    Celle-ci portera sur les détails de leur projet; où vont-ils planter? Que vont-ils planter? Pourquoi ce choix? ...

    De plus, ils ont invité un œnologue qui vous parlera des qualités
    organoleptiques des cépages qu'ils vont planter.

    Ce sera bien évidemment également l'occasion de déguster l'un ou l'autre vin belge (bar payant mais à prix coûtant).

    Entrée libre et gratuite à 10h, fin prévue aux alentours de 12h

  • Devenez coopérateur de « Vin du Pays de Herve »

    Michel Schoonbroodt revient sur ses terres natales fin 2016 après plusieurs années passées à voyager et à entreprendre. En accord avec ses valeurs sociales et environnementales, il décide de dupliquer le projet Vin de Liège, dont il est coopérateur, au Pays de Herve. Il s’agit du 20 e domaine viticole dans la Province de Liège.

    « Sur base d’une étude sur le potentiel viticole wallon, nous avons localisé plusieurs hectares de terrains intéressants dans le Pays de Herve : à Aubel, Charneux, Bolland et Dalhem, explique Michel Schoonbroodt, le porteur du projet. Le but de la coopérative est celui de maximiser les chances de produire des vins rouges, blancs et effervescents ».

    SOUTIEN DES BOURGMESTRES

    Les bourgmestres des communes concernées soutiennent tous le projet. « C’est un plus pour Aubel. Le vin était un produit qui manquait sur notre table », se réjouit Jean-Claude Meurens, bourgmestre d’Aubel. Pour Marc Drouguet, bourgmestre de Herve et agriculteur, « ce projet permet aux citoyens de se rapprocher de leur territoire. Le Pays de Herve n’a pas été, dans le passé, une région uniquement herbagère. Toute diversification est un enrichissement pour nous ». Ce que confirme Didier d’Oultremont, bourgmestre de Thimister-Clermont : « Je suis heureux car il y a dans cette démarche non seulement la recherche d’une nouvelle activité mais aussi un retour sur l’histoire. Parce qu’il existait des vignes dans notre région ».

    Parmi les parcelles identifiées, il a fallu déterminer celle qui servira de « chai », de « lieu de vie » à la nouvelle coopérative. Il faudra ensuite sélectionner les meilleures parcelles à une distance raisonnable du chai. Pour participer au projet, la valeur d’une part de coopérateur s’élève à 500 euros. Il suffit de remplir un formulaire sur le site internet et de verser sa contribution pour devenir effectivement coopérateur. 

    ESEN KAYNAK dans LA MEUSE VERVIERS du 14 novembre 2017

  • Une société rejoint le groupe Jean Gotta

    Après avoir évalué les enjeux actuels et futurs du secteur bovin en Belgique, les actionnaires du Groupe Jean Gotta et du Groupe Veviba se sont accordés sur un projet d’intégration de la société Lanciers au grossiste en viande Capture d’écran 2017-05-19 à 08.02.59.pngaubelois Jean Gotta. La société Lanciers est spécialisée dans le bœuf Blanc-Bleu-Belge.

    Dans la suite logique des recommandations issues de la dernière étude sectorielle commandée par le gouvernement régional, le Groupe Jean Gotta ainsi constitué et le groupe Veviba envisagent une collaboration pour une meilleure valorisation de la filière bovine notamment par le développement d’une collaboration à l’export et la mise en valeur des sous-produits.

    Chaque entité des deux groupes poursuivra son développement en conservant ses spécificités et son identité, tout en bénéficiant des synergies dégagées par ce projet ; et ceci dans le respect et l’intérêt du monde agricole, de leurs clients et de leurs différents partenaires.

    L’opération reste sous réserve de l’approbation de l’Autorité Belge de la concurrence.