Activités sportives - Page 2

  • Steve Simons part ce jeudi en Australie

    Il arrête le football pendant une année pour partir à l’autre bout du monde.

    Le défenseur aubelois Steve Simons ne revêtira pas du tout la vareuse d’Aubel cette saison, puisqu’il part ce jeudi en Australie avec sa copine Noémie. Et avant cela, il en avait profité pour se faire opérer aux ménisques…

    Après Farid Nagui, le regretté Denis Dasoul et encore dernièrement Kevin Volont, c’est au tour de l’Aubelois Steve Simons de partir à l’autre bout de la planète, en Australie, et de laisser le football quelque peu de côté. On l’avait, aussi, un peu perdu des radars, le très chevelu Steve Simons, qui finalement n’a pas joué le moindre match cette saison avec Aubel. Et pour cause, puisqu’il s’était fait opérer des ménisques. Tant et si bien que sa préparation avait été complètement perturbée. Il était bien revenu deux ou trois fois s’entraîner ces derniers temps sous les ordres de Mike Mager, mais finalement l’ancien employé dans le révisorat d’entreprises a décidé, avec sa copine Noémie, d’effectuer 23 heures d’avion et de visiter toute l’Australie.

    « En effet, avec ma copine, cette idée avait mûri en novembre 2017 », explique défenseur central aubelois. « Nous avions pensé à effectuer un voyage à l’étranger. Au départ, nous pensions le Canada ou les États-Unis, puis finalement nous avons opté pour l’Australie ! Où il y avait du soleil, c’était mieux. » Et notre couple de tourtereaux va donc prendre l’avion de Paris, ce jeudi 20 septembre.

    « Nous partirons pour 23 heures de vol avec 2 escales. La première à Dubaï et la seconde à Singapour. Nous avons l’intention de passer les quatre premiers mois à Melbourne. Nous avons trouvé un appartement et nous comptons ensuite rester encore six mois afin de visiter le reste de ce très grand pays ! Nous ne savons pas encore comment va se dérouler cette deuxième partie du voyage, mais nous ne rentrerons qu’au mois de juillet prochain ».

     

    Lire la suite

  • Marvin Van Melsen en chambre noire durant 5 jours

    Suite à un contact fortuit dimanche face à Rechain aux alentours de la 75 e minute, Marvin Van Melsen s’était relevé avec la lèvre supérieure en sang et la tête dans le gaz…Capture d’écran 2018-09-18 à 07.58.09.png

    Parti directement en urgence à l’hôpital de Verviers, sous la conduite de sa copine, Marvin nous donnait quelques nouvelles ce lundi après-midi. « Je souffre d’une

    toute grosse commotion et je dois rester dans ma chambre, dans le noir, durant ces 5 prochains jours ! On a dû aussi recoller la lèvre supérieure de ma bouche et franchement, je ne me souviens plus trop bien de ce qu’il s’est passé. Je me rappelle juste que le gardien (Maxime Colson) est venu me parler 6 ou 7 secondes après l’impact, lorsque j’étais encore au sol. Je ne sais pas si c’était un genou, un pied ou autre chose… J’étais dans le gaz. L’hôpital a voulu me garder pour la nuit, mais j’ai préféré rentrer à la maison et j’ai quitté la clinique dimanche soir sur le coup de 21h30. Je ne vais pas pouvoir travailler cette semaine et c’est bien cela qui m’embête le plus… » 

    PAGO dans LA MEUSE VERVIERS du 18 septembre 2018

  • Panne offensive pour Aubel

    Les Herbagers n’étaient pas dans un grand jour offensivement.

    Aubel n’est pas parvenu à décrocher la victoire pour sa première rencontre à domicile de la saison face à Profondeville. En scorant seulement 54 points, il était difficile de revendiquer un résultat positif même si les Herbagers ont ben défendu avec seulement 66 points encaissés.

    Après la belle victoire décrochée la semaine dernière à La Rulles, Aubel avait un adversaire d’un tout autre calibre pour sa première rencontre à domicile ce samedi soir. En effet, les Herbagers offraient l’hospitalité à Profondeville Sharks, une équipe qui devrait pouvoir jouer les premiers rôles en Régionale 2 cette saison. Et le début de rencontre aubelois aura quelque peu plombé le reste de la partie.

    « On commence mal le match avec un 3-14 en faveur de notre adversaire », explique Martin Lambot, l’ailier aubelois qui n’a pas fini la partie suite à une blessure au genou encourue en première mi-temps. « C’était 9-19 à la fin du premier quart. Nous avons ensuite su resserrer notre défense pour réduire l’écart à 8 points à la mi-temps. » Et notre interlocuteur de poursuivre. « Nous n’avons jamais réussi à trouver les solutions offensives pour battre Profondeville qui n’était pas non plus dans un grand jour au niveau du scoring. On peut tout simplement parler d’un mauvais jouer en ce qui nous concerne. Nous avons eu les opportunités pour revenir dans la partie mais le fait de ne pas avoir réussi à contrôler le rebond nous a fortement handicapés. » Ce résultat ne remet pas en question le début de saison du côté aubelois. « On sait que l’on doit s’améliorer mais nous sommes sur le bon chemin », détaille Martin Lambot. « Il faut encore que l’on s’adapte au rythme de la Régionale 2. »

    CHARLES BOURY dans LA MEUSE VERVIERS du 17 septembre 2018.

    Lire la suite

  • Un but rapide de William Mauclet, après deux minutes, sauve le match d’un Aubel assez brouillon

    Un but très rapide de Mauclet aura donc suffi à Aubel pour réaliser un joli 13 sur 18 alors que Van Melsen a dû filer à l’hôpital… Rechain, lui, s’embourbe avec 0 point et ne récolte toujours pas les fruits de son dur labeur…

    De retour avec 2 attaquants devant, Mike Mager avait flairé juste puisque William Mauclet, étrangement seul aux 3 mètres, n’avait plus qu’à pousser une tête dedans après seulement 2 minutes, à la suite d’un coup franc de Mutsinzi. Comme face à Raeren, Rechain avait décidé de débuter avec un but de retard… Pourtant la bande à Gino Piol méritait mieux que la défaite à Aubel. Si les locaux étaient, certes, plus avec la possession du ballon au 1er acte, ils n’étaient toutefois pas assez concrets devant pour asseoir leur domination. En face, il a fallu le temps à Rechain de se remettre de ce nouveau mauvais coup du sort. Pourtant, la latte du revenant Stassen repoussait un splendide envoi de Plom à la 37e, puis Colson paradait, la minute suivante, pour sortir un envoi de Galère. Rechain revenait avec d’autres intentions après le repos. Il jouait plus haut et était, chaque fois, le premier sur le ballon. Il maintenait un Aubel, bien trop brouillon, dans son camp, mais ne parvenait jamais à prendre Stassen en défaut. Ce dernier claquait bien un splendide envoi de Cornet à la 61e, puis Van Melsen plaçait une tête juste à côté à la 73e minute. Suite à cela, l’ancien hombourgeois dut courir à l’hôpital car il avait le visage ensanglanté… Mager était assez agacé après les débats : « Notre 1re mi-temps est bonne et le match aurait dû être terminé au repos. Mais je suis limite agacé par le jeu de certains, le manque d’intelligence. Ils ont caressé le ballon après le repos et jouaient comme des danseuses. On devait mieux poser le jeu. Il va falloir que j’en remette une couche cette semaine… ».

    En face, Gino Piol était écœuré : « Franchement oui, car on ne mérite pas la défaite… On commet une petite erreur de marquage en début de match et on le paie cash ! On se bat vraiment contre la malchance. Certes, on fait une 1re mi-temps en demi-teinte mais après le repos, on montre beaucoup plus. On a des occasions, la latte et quelques phases litigieuses… Chapeau quand même à mon petit jeune (Pfaff) qui a montré qu’il pouvait être une solution derrière et je suis très content du retour de Julien André ». 

    PATRICK GODARD dans LA MEUSE VERVIERS du 17 septembre 2018.

    A lire aussi dans LA MEUSE VERVIERS, les déclarations de Gilles Bemelmans, l'ancien Aubelois de Rechain, et de Pierre Pesser.

    Lire la suite

  • Klassen out pour longtemps

    Capture d’écran 2018-09-15 à 08.03.03.pngCe samedi, Aubel jouera aussi son premier match à domicile dans son fameux « Green Temple » face à Profondeville (début à 20h). Ce sera à nouveau sans Gerarts (travail) et surtout Klassen (qui pourrait être out pendant un long moment). « Romain a un problème au tendon de l’épaule depuis un certain temps et dès qu’il reçoit un coup dessus il ne sait plus lever le coude pour shooter », explique Arnaud Lardinois. « C’est assez problématique pour lui et il va devoir aller passer un scanner la semaine prochaine. Il devrait être absent plusieurs semaines, voire plusieurs mois. » Si c’est dommageable pour le joueur et pour l’équipe, Arnaud Lardinois n’est pas du genre à se plaindre car il y a des solutions pour le poste de meneur. « Hubert a joué en distribution pendant 25 ans et il peut reprendre ce rôle, d’autant que nous avons déjà pas mal d’ailiers. »

     

    Lire la suite