- Page 2

  • Alex Di Gregorio cartonne avec Tongres

    Laissé libre par Tilleur en fin de saison passée, Alexandre Di Gregorio a trouvé un nouveau défi à sa mesure en Division 3 Amateurs côté flamand, à Tongres. À mi-saison, le Thimistérien et son club, qui arrive tout droit de P1, occupent la tête du classement. L’ancien médian du RCS Verviers est ravi d’avoir une nouvelle fois traversé la frontière linguistique.

    Le citoyen de Froidthier a un emploi du temps très chargé

    Il est assistant en U17 et U19 à l’AS Eupen

    Depuis toujours ou presque, la vie d’Alexandre Di Gregorio a été rythmée par le foot. À côté de ses occupations de joueur à Tongres, le citoyen de Froidthier (commune de Thimister) a, depuis l’entame de cette saison, un poste d’assistant chez les U17 et les U19 de l’AS Eupen. « Angel Cortes et Nicolas Collubry m’avaient déjà contacté pour la saison passée,mais je n’étais pas disponible », signale notre interlocuteur, qui a le diplôme UEFA A. « Je vais à Eupen deux fois par semaine, en plus des matchs, et on est deuxièmes dans les deux catégories. C’est quelque chose que j’aime bien faire. »

    Et il entraîne aussi les U9 d’Elsaute, où son fils évolue. « Pour l’anecdote, on a disputé le weekend passé le tournoi de Tilleur à Go Hall, l’infrastructure indoor de Fabrice Burdziak, et on l’a gagné. J’ai revu beaucoup de gens de Tilleur très sympas », termine le Thimistérien, qui se voit bien coacher une équipe senior à l’avenir. « Mais même si ça peut aller vite, ce n’est pas pour tout de suite. Dans ma tête, j’ai envie de continuer à jouer. » Capture d’écran 2017-12-27 à 08.11.03.png

    OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 27 décembre 2017 - A lire dans le même journal, un entretien avec
    Alex Di Gregorio.

  • Joyeux Noël

    Le blog d'Aubel souhaite à tous de joyeuses fêtes.

    Que Noël soit un jour de joie, de paix et d'espoir.

  • Minuit Chrétiens

    A Noël, dans les années 1950 et 1960, ceux qui participent à la messe de minuit à Saint-Jean-Sart se souviennent...

    Ils attendaient le moment fort. Après l'ite missa est, l'ultime parole du célébrant, l'organiste entamait les premières notes du Minuit chrétiens...

    Depuis le jubé, Joseph Stoolman remplissait alors l'église de sa voix de baryton

    "Minuit, Chétiens, c'est l'heure solennelle

    Où l'homme-Dieu descendit jusqu'à nous".

    Il nous donnait des frissons. Nous repartions chez nous dans la nuit froide avec ce chant qui nous accompagnait sur le chemin.

    C'est l'une des 1051 anecdotes publiées dans le livre "Saint-Jean-Sart, huit siècles sur les coteaux de la Bel". Il est encore temps de vous le procurer pour faire un beau cadeau de Noël.

  • Élimination: catastrophe pour Aubel

    Avant de recevoir la P2 de l’Étoile Jupille, tout Aubel savait qu’il ne fallait pas prendre cette rencontre à la légère. Pourtant, dans la foulée de la qualification facile des Dames pour les demi-finales, les troupes de Christophe Hougardy n’ont pas été en mesure de suivre leur exemple, s’inclinant sur le fil 80-82. « On ne peut que s’en prendre à nous », pestait le coach herbager. « L’Étoile fait un gros match et mérite sa qualification. Nous n’avons pas fait ce qu’il fallait, nous faisant directement surprendre défensivement en individuelle. »

    Dès lors, une longue course-poursuite s’engageait pour des locaux face à Lhote, insolent à distance. Pourtant, dans le dernier quart, la logique opérait avec un 78-72 au marquoir. « Nous avons ensuite bloqué avec un 0-8 réussi par Bastin (ex-Spa) qui nous tue littéralement alors que nous gérons mal toutes nos dernières possessions. » La coupe ne laissant pas de place à l’erreur, les Aubelois se font sortir et n’auront donc plus que le championnat en 2018.

  • Pas de folie pour la fin de mandat

    Aubel va rénover le hall d’entrée de la maison communale.

    Le budget 2018 a été voté ce lundi soir au conseil communal d’Aubel. Pour cette fin de législature, pas de grosse surprise, ni de folie du côté de la commune. 590.000 euros de dépenses sont prévus à l’extraordinaire et 6.540.666 euros à l’ordinaire.

    « Au niveau des travaux, nous prévoyons de terminer les travaux du hall d’entrée ici à la maison communale », explique l’échevine des Finances, Béatrice Stassen. À cela s’ajoutera la rénovation des voiries à Saint Jean-Sart et à la rue des Bocages où l’accent sera mis sur la sécurité des piétons.

    La commune effectuera aussi l’achat d’un nouveau véhicule voirie ainsi que de matériel d’entretien pour le service voirie et du matériel divers pour l’abattoir afin de garantir le bon fonctionnement de ce dernier de manière générale.

    « Au niveau des travaux encore, le reste tiendra compte de l’entretien de voiries et d’entretien public en bon père de famille », poursuit l’échevine.

    Seul plus gros dossier qui devrait enfin être lancé, celui du revêtement du sol du hall des sports « qui devrait débuter bientôt et pour lequel nous venons de recevoir une belle promesse de subsides », ajoute encore Béatrice Stassen.

    Le dossier du centre culturel suit toujours son cours et ne s’inscrit pas encore au budget 2018. « Nous attendons de terminer les travaux en cours avant de se lancer dans ce gros investissement. Nous avons décidé de travailler par phase en 2018. » Celui-ci devrait dès lors arriver lors d’une prochaine modification budgétaire.

    En cette fin de législature, la gestion du prochain budget a été saluée par l’un des conseillers. « Puisqu’on arrive à la fin d’une période, c’est positif d’avoir un budget où l’on n’invente pas des travaux inutiles », estime Pierre Pesser.

    Si l’opposition n’a pas commenté beaucoup de points et s’abstient sur l’ensemble du budget 2018, elle propose tout de même d’améliorer encore un peu le tourisme dans la commune.

    M.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 20 décembre 2017