• « Guerre & Paix : Spa et l’Europe 1914-1920 »

    Dimanche 28 octobre 2018

    La Société d’Histoire et d’Archéologie du Plateau de Herve organise une visite guidée de l'exposition  :  « Guerre & Paix : Spa et l’Europe 1914-1920 »

    En cette année anniversaire,  notre Société ne pouvait faire l'impasse sur l'importance mes événements qui se sont passés à Spa, notamment l'installation du haut-commandement allemand, l'abdication de Guillaume II, la.Commission d’armistice, en 1919, puis la Conférence de la Paix en 1920.

    Rendez-vous à 14h00 au Pouhon Pierre-le-Grand à Spa.

    PAF : Non-membres : 13 eur; membres : 11 eur

    Inscriptions auprès de Jean Rennotte 0499.63.32.80

  • 14ème Festival du Jeu et du Jouet

    La Ligue des Familles d’Aubel vous invite à son 14ème Festival du Jeu et du Jouet.

    Le dimanche 28 octobre de 9 à 12h 

    Centre Culturel

    Place Albert Ier – 4880 AUBEL

    Autour d'une brocante aux jouets, vous aurez l'occasion de découvrir et de tester de nouveaux jeux de société, des jeux coopératifs, des jeux géants,...dans une ambiance conviviale et familiale...

    Grâce à la lud’Aubel, vous pourrez voter le label « Ludo » et les prix « Jokers » qui seront désignés début du mois de novembre. Ceux-ci se veulent une vraie reconnaissance par les joueurs, un choix de cœur, un label de qualité plutôt qu’une reconnaissance commerciale.

    Le jeu rassemble, permet d'apprendre à se connaître, à passer un bon moment avec nos enfants...

    Vous pourrez aussi vous restaurer à notre bar à soupes.

    Bienvenue à toutes et tous, petits et grands...

    Pour la brocante, info et réservation à brandtmclaire@voo.be ou 0499/63 29 34  

    Au plaisir de vous y voir…

     

    L’équipe de la Ligue des familles d’Aubel

    Jean, Jean-Marc, Bianca, Sandra, Anne-Marie, Pluche, Véronique et Marie- Claire

  • Aubel en huitièmes de finale de la Coupe

    C’est la première fois de leur histoire que les Aubeloises se hissent à ce niveau de la compétition.

    Tout juste promues en Ligue B, les filles d’Aubel ont entamé leur saison 2018-2019 sur les chapeaux de roue. Et ce, tant en championnat (2 victoires, 1 défaite) qu’en Coupe de Belgique, où elles ont atteint pour la première fois dans l’histoire du club les huitièmes de finale. Ce sera ce samedi face à Farciennes.

    De retour cette saison en Ligue B (soit l’antichambre de l’élite nationale), l’équipe féminine d’Aubel a bien digéré la transition et a entamé son championnat avec 2 victoires et 1 défaite.

    Mais c’est surtout en Coupe de Belgique que les Aubeloises se sont distinguées, puisqu’elles ont décroché leur ticket pour les huitièmes de finale de cette compétition réservée aux clubs de Ligue A et de Ligue B.

    Après avoir franchi le stade des 32 es de finale face à une autre formation de Ligue B, Aubel a éliminé Louvain, l’un des cadors de Ligue B, en 16 e de finale.

    « On disputera notre huitième de finale ce samedi à 18 heures à domicile contre Farciennes, une équipe de Ligue A,Capture d’écran 2018-10-16 à 10.02.17.png qui fait un peu l’ascenseur entre 1 re et 2 e divisions depuis quelques années. On a quelques espoirs, on rêve d’aller plus loin et de tirer ensuite une grosse pointure de Ligue A. L’appétit vient en mangeant », confie Stephan Dorthu, président du club aubelois depuis 12 ans. Mais avant d’envisager plus loin, le club peut déjà se réjouir de la double première qui s’annonce ce samedi au hall omnisports. « Ce sera en effet la première fois qu’on jouera en match officiel contre une formation de Ligue A et c’est aussi la première fois que notre club, qui existe depuis une trentaine d’années, atteint les huitièmes de finale de la Coupe de Belgique. » Parmi les 16 dernières équipes en lice, il n’en reste que quatre qui sont actives en Ligue B. Dont Aubel, bien décidé à mettre toutes les chances de son côté pour continuer à rêver. « L’entrée sera gratuite ce samedi et nous attendons le plus de supporters possible pour pousser les filles vers l’exploit », reprend le président. Et d’évoquer un peu le championnat également. « Au départ, la Ligue B, c’était un peu un saut dans l’inconnu, mais on a transféré des filles ayant déjà évolué en Ligue A et en Ligue B. De plus, on a livré une très bonne préparation et on a fait le plein de confiance. La mayonnaise a l’air de prendre. » Bref, tous les feux semblent actuellement au vert du côté du Volley-ball Club Aubel… 

    OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 16 octobre 2018.

     

  • Pesser : « On n’a jamais su être serein à Braives »

    Malgré un avantage de deux buts alors qu’on venait de franchir la première demi-heure, Aubel est rentré les mains vides de son déplacement à Braives (4-3).

    Capture d’écran 2018-10-16 à 09.55.34.png« On n’a jamais su être serein dans ce match et c’est surtout défensivement qu’on a failli. On a été fortement mis en difficulté ; on était tous un peu fébriles, je ne sais pas comment l’expliquer. Peut-être est-ce dû à des petits manques de concentration. On ne devait en tout cas jamais perdre ce match après avoir inscrit trois buts en une mi-temps », analyse l’expérimenté Pierre Pesser, qui retrouvait pour l’occasion une place de titulaire.

    Et de poursuivre : « Le coach nous avait remis en garde au repos (NDLR : c’était alors 2-3 pour Aubel) : il fallait fermer la boutique derrière. Mais on a pris un but deux minutes après la reprise… Sur les quatre derniers matchs, on s’est chaque fois fait rejoindre par notre adversaire.

    On est toujours bien dedans, mais on ne parvient pas à rester constant durant 90 minutes. Il y a toujours des moments d’égarement qui se payent cash », reprend le défenseur aubelois, qui remet toutefois les choses dans leur juste contexte. « On compte 16 points et on ne les a pas volés. Notre bilan est juste et je pense qu’on est à notre place. Il n’y a pas péril en la demeure. On a montré pas mal de bonnes choses sur le premier tiers du championnat et on n’a connu que deux défaites en 10 matchs. » 

    O.D. dans LA MEUSE VERVIERS du 16 octobre 2018

  • Le boucher Freddy Lejeune, l’autre surprise du scrutin

    Qui est Freddy LEJEUNE ?

    De justesse, cet homme plutôt discret pique le mayorat à Dorthu.

    Ça a été l’un des événements de la soirée sur l’arrondissement verviétois. Si Aubel Demain, le groupe au pouvoir le garde, ce n’est pas Benoît Dorthu, pourtant tête de liste, qui prend le mayorat. C’est à Freddy Lejeune, le deuxième échevin, que revient l’écharpe. Rencontre avec ce boucher plutôt discret, mais fort appréciée sur la commune.

    À Aubel, on attendait Benoît Dorthu, la tête de liste, pour remplacer Jean-Claude Meurens, le bourgmestre. Mais c’est finalement un troisième larron qui a tiré les marrons du feu en la personne de Freddy Lejeune, troisième sur la liste, qui a fait 50 voix de préférence de plus que la tête de liste. Juste, mais assez pour le propulser à la tête de la commune, un rôle auquel, on le sent, il n’était peut-être pas tout à fait prêt à s’enrôler.

    « En tout cas, je ne m’y attendais pas », annonce-t-il, un brin stressé à l’idée de répondre aux médias, chose qu’il n’a pas vraiment l’habitude de faire. Pas plus que de gérer une commune. « Mais heureusement, on a deux mois pour mettre les choses en place. Mais je ne serai pas seul. Je peux compter sur une équipe forte qui m’épaulera dans ma tâche », assure-t-il. Si le futur collège n’est pas encore défini, on évoque Benoît Dorthu aux Finances et le maintien de Francis Geron aux Travaux. Quant à l’ancien bourgmestre Jean-Claude Meurens, il resterait conseiller communal pour épauler la nouvelle équipe. Gérer une équipe, voilà quelque chose qu’il sait faire. Après avoir réussi sa formation de boucher dans sa jeunesse, il s’en va travailler dans la boucherie familiale qu’il reprendra à son compte par la suite.

    IL RESTERA BOUCHER

    « Ca fait trois générations qu’on a cette boucherie et on fêtera les cent ans en 2022 », annonce fièrement celui qui gère la boucherie avec sa femme et quelques employés. Et malgré son mayorat, il compte bien conserver son métier. Car boucher, c’est finalement tout sa vie. « Je sais que j’aurai des journées bien chargées mais étant indépendant, j’ai l’habitude de beaucoup travailler. 80 heures par semaine, c’est mon quotidien », assure-t-il.

    Aujourd’hui âgé de 62 ans, ce papa de trois enfants est entré en politique voici six ans. Président des commerçants aubelois depuis 20 à 30 ans, il s’est engagé en politique pour la première fois voici six ans, lors des élections de 2012, parce qu’il a senti que c’était le bon moment. « On me l’a proposé et j’ai décidé d’y aller. Et j’ai directement été élu échevin », expliquet-il.

    Avec 673 voix de préférence, il avait fait le quatrième score de sa liste. On lui avait alors confié les échevinats du Tourisme, du Commerce évidemment, des Sports et de la Jeunesse.

    Comment expliquer cette popularité dont il a conscience ? « C’est dû à mon commerce, sans aucun doute, qui est situé en plein cœur d’Aubel, sur la place. Les gens, que ce soit les jeunes ou les plus âgés, me voient tous les jours. Je pense que ça a fait la différence », conclut-il. -

    LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 16 octobre 2018

    Capture d’écran 2018-10-16 à 08.14.38.png