• Une bande itinérante sévit cet été en province de Liège

    Alarmes et caméras de vidéosurveillance sont de plus en plus populaires auprès des particuliers. Ajoutées à la prévention constante des servives de police, ces technologies ont un impact sur le comportement global des cambrioleurs. Durant ce mois de juillet, les statistiques sont même en chute libre, excepté en province de Liège.

    À la zone de police du Pays de Herve, on constate une augmentation du nombre de cambriolages par rapport à juillet 2017. L’année dernière, il y a eu 17 vols (vols + tentatives) contre 31 ce mois-ci. Ces vols se constatent davantage à Thimister-Clermont et à Aubel.

    « Cette augmentation de cambriolages s’explique sûrement par une bande itinérante qui sévit depuis deux ou trois semaines. Au début du mois de juillet, les vols et tentatives étaient surtout commis pendant la nuit. À la moitié et à la fin du mois, les vols se sont déroulés pendant la journée. Les propriétaires découvraient les effractions le soir », explique le commissaire de police Georges Beckers. Pour réduire cette augmentation, les patrouilles se sont intensifiées sur la zone.

    D'une page à lire dans LA MEUSE du 31 juillet 2018.

  • Remco Evenepoel sera LA star d’Aubel-Thimister-Stavelot

    Remco Evenepoel, qui vient de signer son premier contrat pro chez Quick-Step Floors pour les deux prochaines saisons, sera la grande attraction d’Aubel-Thimister-Stavelot, une épreuve internationale destinée aux juniors. Sa domination est à ce point attendue par les organisateurs que des dispositifs spéciaux ont été prévus à plusieurs niveaux.

    Sur le plan de la sécurité, notamment. Le cas d’une avance fleuve durant une étape a été envisagé et Remco Evenepoel serait alors escorté seul par la police et des signaleurs mobiles, ce qui permettrait de garder le dispositif habituel pour le reste du peloton, sachant que certains signaleurs doivent assurer la sécurité à plusieurs endroits du parcours, selon des timings bien précis. « Ce serait une première d’escorter le premier de la sorte », signale Mathieu Pirard, à la fois directeur de course et responsable de la sécurité.

    Lire la suite

  • Mardi 31 juillet : passage du Tour de Wallonie à Aubel

    La caravane publicitaire suivie des coureurs traversera le village d'Aubel en venant de Hagelstein, passage par les places du centre, rue de Gorhez puis vers le Bois d’Ansy.
     
    Passage de la caravane prévu : 14h15
    Passage des coureurs prévu : 15h15
     

  • Delhez sur un nuage, Baguette dans un sauna

    L’homme d’affaires d’Aubel et le pilote professionnel de Spa ont vécu des scénarios très différents lors du double tour d’horloge ardennais. Mais le pilote de la Lamborghini numéro 9 et celui de la seule Honda NSX sont fiers d’être venus à bout de cette édition particulièrement éprouvante.

    Pas de répit pour les héros. Ce lundi matin, Bertrand Baguette reprend l’avion pour son pays d’adoption, le Japon. 

    Pour Bernard Delhez, cette édition s’est déroulée comme dans un rêve :« Il s’agissait de ma première course de la saison et j’ai eu le plaisir de la vivre au sein d’une excellente équipe. Heureusement qu’à 52 ans, je peux compter sur une condition physique forgée par 6 à 8 heures de sports hebdomadaires. Nous n’avons pas rencontré de problèmes et, de mon côté, j’ai signé de bons chronos sans commettre d’erreur. Je suis très satisfait du résultat global qui s’est soldé par une 2e place dans la catégorie réservée aux pilotes amateurs. Notre 30e position au classement général démontre aussi à quel point le niveau de ces 24 Heures est devenu démentiel. C’est d’autant plus gratifiant de les terminer de cette façon. »

    D'un article de DOMINIQUE DRICOT dans LA MEUSE VERVIERS du 30 juillet 2018.

  • Mager a réussi sa première

    Aubel semble déjà d’attaque

    SPRIMONT B . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

    AUBEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

    Avant de se rencontrer en championnat, Sprimont B et Aubel s’affrontaient en Crocky Cup. Et ce 1er duel a tourné à l’avantage des visiteurs qui se sont montrés bien plus réalistes.

    Capture d’écran 2018-07-30 à 08.14.48.pngAprès une première mi-temps où les deux équipes se sont neutralisées, la partie s’est emballée après la pause. Et, à l’heure de jeu, Marvin Van Melsen a ouvert le score et inscrit son premier but sous la vareuse aubeloise. Le tout, en ajoutant la manière : il a repris d’une magnifique volée un corner de Galère. Sprimont a réagi et recollé au score 15 minutes plus tard. Quenelle, esseulé dans le rectangle, a ajusté une tête parfaite, imparable pour Stassen. Mais, la joie ne sera que de courte durée, puisque 120 secondes plus tard, Van Melsen s’offrait un doublé en étant au bon endroit dans le rectangle après un beau travail de Meyers.

    Sprimont a tenté de réagir, mais a buté sur un bloc aubelois bien en place. Dans les dernières secondes, Mauclet allait même crucifier les locaux lors d’un face-à-face victorieux avec Flagothier (1-3). Par la même occasion, Michaël Mager ponctue sa première à la tête d’Aubel par un succès. « Même si tout n’est pas parfait, j’ai vu de très bonnes choses », explique-t-il. « Néanmoins, comme contre Anderlecht vendredi, on se fait encore trop avoir dans notre dos. Mais bon, on est toujours dans la préparation, cette rencontre en fait partie. Tout doucement, on voit que les automatismes commencent à se former. »

    Pourtant, après un match vendredi, et un week-end de team building à Ovifat, on aurait pu voir des Aubelois fatigués, mais ce n’est pas l’impression qu’ils ont donnée. « Pourtant, ils l’étaient », sourit le T1. « Ça a été un week-end positif où l’on a mêlé l’effort physique et l’amusement. Cela fait 3 jours que les joueurs ne sont plus chez eux, c’est normal qu’ils soient fatigués. »

    Dans le camp adverse, Patrick Fabere est tout naturellement déçu. « À cause de l’enchaînement des matches amicaux, on a manqué de fraîcheur. Cela s’est notamment vu sur les buts aubelois et dans les duels où on a beaucoup subi. Néanmoins, cela s’est joué sur des détails, et à 1-1, le match aurait pu basculer des deux côtés. On voulait l’emporter, et on a essayé de faire au mieux… »

    Même si Aubel ne fait pas de cette compétition une priorité, il ne leur faudrait plus que 3 victoires pour s’offrir un match de prestige. « On a entendu que l’on pourrait rencontrer Malines. », conclut Michaël Mager.

    Un article d'ARNO CHANDELLE dans LA MEUSE VERVIERS du30 juillet 2018.

     

    Lire la suite