Un tiers des bourgmestres ne briguent plus le poste

Les élections, c’est dans 6 mois. Mais dès avant le scrutin, certaines communes se préparent déjà à changer de bourgmestre. Parce qu’ils estiment qu’ils ont passé l’âge, parce qu’ils ont envie de faire autre chose de leur vie ou parce qu’ils sont… obligés, six bourgmestres actuellement en place, peut-être sept, ne seront pas têtes de liste sur les 20 communes francophones de l’arrondissement.

Jean-Claude Meurens (MR) a déjà assuré qu’il ne serait pas candidat à sa succession. Il occupe le fauteuil de bourgmestre depuis 1995. C’est Benoît Dorthu qui va mener la liste Aubel Demain, avec normalement Meurens en soutien.

Didier d’Oultremont, Bourgmestre de Thimister-Clermont depuis 23 ans, n’a pas encore dit s’il allait briguer à nouveau le poste ou pas. Il entretient le mystère à ce sujet… et semble à présent un peu agacé quand on lui pose la question. Tous les autres seront tête de liste et auront l’ambition de continuer à être bourgmestre en 2019. Mais rien n’est acquis ; suite aux élections de 2012, neuf communes (sur les 20 francophones) avaient changé de bourgmestre… alors que trois bourgmestres seulement n’étaient pas candidats à leur propre succession. 

Extraits d'un article de BRUNO BECKERS dans LA MEUSE VERVIERS du 16 avril 2018.

Les commentaires sont fermés.