La pièce sur le Herve a failli être annulée

La majorité des spectateurs qui ont applaudi à l’issue de la représentation ne se doutaient pas qu’ils ont été à deux Capture d’écran 2018-02-27 à 11.33.11.pngdoigts de rester bien au chaud chez eux, samedi et dimanche. En effet, un des rôles principaux, Georges Florence, qui incarne le régisseur Jolivers, au service du bourgeois clermontois Maître Grégoire (Réginald Parotte), a été victime d’une vilaine glissade. Non point sur un des fromages de Herve jalonnant la scène : « j’ai glissé sur une plaque de verglas », au retour d’une des 57 répétitions, explique la victime.

Diagnostic pour le citoyen de Grand-Rechain : jambe fracturée. Avec une première opération deux semaines avant la première du spectacle, puis une seconde, mardi dernier, avec une plaque de métal à insérer dans la jambe.

Le hic, c’est que cela paraissait remettre en question la participation de notre homme, qui est une des pièces essentielles du spectacle.

Un long rôle, très présent sur scène, ne causant qu’en alexandrins. Des vers de douze pieds dans lesquels il s’agissait de ne pas se prendre dans le tapis. « Je n’ai pensé qu’à ça », soupire d’aise Georges Florence au terme de la représentation de dimanche. Tout allait-il s’effondrer d’un coup, avec ce deuxième passage sur le billard ? Nenni, car le corps médical a finalement donné blanc-seing : c’était donc O.K. pour jouer. Mais pour la mise en scène, cela n’a pas été une sinécure pour autant. Avec désormais un fauteuil volataire roulant à déplacer sur scène au gré d’un scénario retouché. Et un texte de Richard Faymonville adapté en fonction du handicap du régisseur quand il évoque l’origine de sa manie de versifier là où chez d’autres la prose s’impose.

 

« CADEAU DU BON DIEU »

Au final, une pièce qui a beaucoup plu, fleurant bon le herve, truffée de bons mots et rebondissant de galipettes en galipettes sur fond de droit de cuissage. On y cause de l’abbé du Val-Dieu, du Marché de Herve, des braves gens de Clermont… avec comme fil conducteur ce carré au lait cru « cadeau du Bon Dieu » dont la survie se heurte à l’interdiction d’exporter chez les protestants voisins édictée par l’empereur Charles Quint.

On pourra à nouveau applaudir les 16 comédiens régionaux du « Piquant parfum du Herve » le samedi à 20h et le dimanche à 16h au Cercle familial, à Thimister (les 3 et 4 mars), au Cercle paroissial à Aubel (les 10 et 11 mars) et à la salle Le tremplin à Dison (les 24 et 25 mars). Par la suite, d’autres représentations sont en discussion, mais pas avant septembre. 

Y.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 27 février 2018.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel