Léon Stassen réagit : « Ça ne me gêne pas »

Clientéliste, Léon Stassen ? Il s’en défend et affirme que le communiqué du maïeur ne le gêne pas. « Mais je ne vais pas épiloguer », ajoute-t-il. Voici comment il interprète cette histoire de logement public attribué à sa sœur : « Sur la liste, elle était après une dame. Mais celle-ci n’était pas Aubeloise ». D’où le choix de la sœur du président du CPAS, en mars 2016. Une méthode pratiquée depuis belle lurette dans la commune, pour d’autres structures publiques aussi, selon Léon Stassen, « même si je ne pense pas que c’était inscrit quelque part ».

Léon Stassen s’étonne que cette accusation de clientélisme lui ait été signifiée en août 2017, soit 17 mois après l’attribution du logement, alors qu’il était en vacances.

Il admet que quand il a quitté la présidence du CPAS, il a été convenu au sein de la majorité qu’on évoquerait des « raisons familiales » pour justifier son départ. Ce qui n’était pas faux, mais laissait la porte ouverte à des interprétations moins sulfureuses. Pour Léon Stassen, ainsi, Aubel Demain, le groupe de Jean-Claude Meurens, évitait un grand déballage venant d’une formation d’opposition peu avant les communales d’octobre 2018. Aujourd’hui qu’il a choisi de revenir en politique, il regrette de ne pas avoir dévoilé tout de suite le contexte de son départ. Et pour ne pas donner l’impression d’avoir voulu à tout prix cacher cela, il a révélé de concert avec ses nouveaux colistiers lui-même cette affaire, jeudi. 

(LA MEUSE VERVIERS du 24 février 2018)

Les commentaires sont fermés.