Jeune et déjà décisif

On le sait, il n’est jamais facile de s’imposer dans un effectif de P1.

Venu dépanner Michel Remacle contre Amblève, Antoine Roex n’a plus quitté le onze de départ aubelois pendant Capture d’écran 2018-02-23 à 10.46.04.pngplus de dix matches. « Ce qui me frappe le plus, c’est son investissement sur et en dehors du terrain », explique le coach. « Il prend son rôle très à cœur. Malgré ses études à l’université, il n’a pas loupé un entraînement. Il a énormément de qualité, et fait preuve de beaucoup de sérieux. Quand on lui dit quelque chose, il est à l’écoute et l’applique. Il se bonifie au fil des matches. S’il continue de la sorte, il ne restera pas des années à Aubel. Mais avant de partir, il doit encore améliorer certains points comme sa communication. »

D'un article d'ARNO CHANDELLE dans LA MEUSE VERVIERS du 23 février 2018.

Antoine Roex, la force tranquille

C’est la belle surprise aubeloise cette saison et on ne l’avait pas vu venir. Antoine Roex, à tout juste 19 ans, s’impose comme une valeur sûre dans la charnière défensive. « J’étais dans le groupe P3 au début de la saison quand Michel (NDLR : Remacle) m’a demandé de venir dépanner contre Amblève et depuis, je ne suis plus sorti du onze de base si ce n’est pendant la période des examens. » Pourtant, le défenseur veut garder les pieds sur terre. « Si je me retrouve sur le banc, comme c’était le cas contre l’UCE Liège, ce n’est pas un souci. Il faut rester logique, je suis très jeune et quand les deux joueurs qui jouent à ma place rendent une excellente copie le match avant, il est normal que l’on ne modifie pas la défense. »

Grand (1m99 !), athlétique et fort sur l’homme, ça a l’air facile pour lui. Sur le terrain, comme en dehors, Roex représente la force tranquille. « On me dit souvent que j’ai un style de jeu nonchalant », dit-il avec le sourire. « Et on rigole de ma vitesse, mais je trouve que je me débrouille encore bien sauf au démarrage. » À présent, cet étudiant de la HEC veut montrer qu’Aubel n’a peur de personne. « Il faut jouer sans complexe. On peut titiller tout le monde. » Personnellement, il aspire à tout simplement continuer son apprentissage. « Je veux continuer sur ma lancée. Certains peuvent se dire que c’est bon, j’ai bien presté une dizaine de matches, mais je n’ai encore rien accompli. » Et de conclure en confirmant que son mentor pourra encore compter sur lui la saison prochaine. « Je sais déjà que je serai encore là la saison prochaine. Je suis très attaché au club. Si je rêve de national, il est encore trop tôt pour y penser. »

Les commentaires sont fermés.