Le gardien de but Jonathan Leruth (Aubel) n’avait plus joué en P1 depuis le 27 avril 2014

1.260 jours plus tard !

Entre le 27 avril 2014 et le 8 octobre 2017, 1.260 jours se sont écoulés. Un sacré bail auquel Jonathan Leruth a mis fin dimanche en rejouant un match en P1. Titularisé dans le but d’Aubel à la place de Laurent Beckers, l’ancien keeper de Minerois ne sait pas de quoi la suite sera faite.

Exit Laurent Beckers, place à Jonathan Leruth entre les perches aubeloises dimanche lors du déplacement à Amblève. Un changement voulu par Michel Remacle, peu satisfait des dernières sorties du premier cité. Jonathan Leruth, c’est loin d’être un inconnu, mais force est de constater qu’on avait un peu perdu sa trace depuis son départ de Minerois (P1).

« Dimanche, à Amblève, c’était mon premier match en P1 depuis Minerois-Waremme le 27 avril 2014. Un match lors duquel Waremme était devenu champion. Quant à Minerois, il avait été relégué en P2 », se remémore le principal intéressé, originaire de La Minerie, mais désormais établi à Queue-du-Bois.

En sortant les calculettes, on s’aperçoit qu’il s’est donc écoulé 1.260 jours depuis sa précédente joute au plus haut échelon provincial. Et sur ce laps de temps, le gardien de but a connu une trajectoire peu commune. « Je suis parti de Minerois parce que j’en avais un peu marre et j’ai voulu arrêter le foot. Michel Remacle, alors coach de la P3 à Aubel, était venu me voir pour savoir si j’étais d’accord de venir jouer dans le jeu avec son équipe tout en étant le deuxième keeper. C’était il y a trois ans. J’ai fait 1,5 an ainsi, puis Michel a repris les commandes de l’équipe de P1.

Quant à moi, j’ai emménagé et je suis devenu indépendant. J’ai alors stoppé les entraînements et j’ai joué avec la réserve durant 1,5 an, dont la saison passée. »

IL JOUAIT EN ATTAQUE

Et ce, en tant que numéro 9 ! Cet été, Michel Remacle l’a recontacté pour savoir s’il pouvait reprendre l’entraînement.

C’est ainsi que Jonathan Leruth a pris part à la préparation estivale avec l’effectif aubelois, jouant au passage deux rencontres amicales. Dans la foulée, il a pris place sur le banc en championnat. « J’étais prévu comme deuxième gardien et il était dit que je devais me tenir prêt en cas de besoin », reprend notre interlocuteur, qui a donc été préféré à Laurent Beckers ce dimanche.

« PAS À 100 % »

Un match qu’il n’a pas considéré comme un cadeau empoisonné. « Si j’ai accepté de revenir, c’est aussi pour jouer quelques matchs. Je veux retrouver des sensations, du rythme et mon niveau. Je sens que ça commence à aller de mieux en mieux, même si je ne suis pas encore à 100 %. Dimanche, j’ai rejoué et j’ai réalisé deux arrêts en début de match, ce qui m’a mis en confiance. » Quid de la suite, à présent ? « Je ne sais pas, il faut demander cela au coach », botte-t-il en touche. Formé en grande partie à Aubel, Jonathan Leruth (26 ans) a aussi transité par l’AS Eupen, Welkenraedt ou encore Warsage. « Mon premier match en équipe première, c’était avec Aubel, qui était alors en P2. » Pour la petite histoire, on aurait pu retrouver un certain Gilles Regnier, qui a finalement trouvé refuge à Minerois, à sa place. « Il est effectivement venu chez nous et a même discuté avec le comité avant d’aller à Minerois », raconte Michel Remacle, qui explique la présence de Jonathan Leruth dans son noyau. « Je voulais un deuxième gardien pour mettre de la concurrence et je savais que j’aurais besoin de lui. »

QUI JOUERA CONTRE MELEN ?

Cela s’est concrétisé à Amblève une première fois. Pourtant, Jonathan Leruth, qui arborait une attelle dimanche après le match, s’était retourné un doigt jeudi à l’entraînement. Cela ne l’a pas empêché de se livrer à fond sur le terrain. « Comment j’ai appris ma sélection ? Michel Remacle m’avait appelé pour me dire que j’étais susceptible de jouer », reprend le portier. « C’est une rencontre qui est partie dans tous les sens au début et qui a continué sur un bon rythme. Pour moi, sur la phase du penalty concédé, c’est l’attaquant qui a tiré le défenseur vers l’arrière. Quant au quatrième but qu’on encaisse, de là où je suis, je ne saurais pas voir si le ballon est entré dans le but ou pas. » À charge désormais pour les Aubelois de casser la spirale négative contre Melen ce dimanche. On verra bien qui Michel Remacle postera au but. Une chose est sûre : Jonathan Leruth n’a pas démérité dimanche à Amblève pour son retour au plus haut échelon provincial. 

OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 10 octobre 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel