Il entame sa 17e saison comme kiné à Visé !

Le championnat de BeNe League, qui réunit les six meilleures formations néerlandaises et les six meilleures belges, reprend ses droits ce week-end en handball, avec le HC Visé BM. Et si on en parle, c’est parce que Michaël Meex, Capture d’écran 2017-09-06 à 09.58.10.pngbien connu chez nous pour avoir été le kiné de Faymonville mais aussi pour son implication dans le club de mini-foot des Pellos Aubel durant de nombreuses années, s’apprête à entamer sa 17e saison en tant que kiné du club bassi-mosan, auprès de l’équipe fanion masculine. Un sacré bail, qu’il a entamé en même temps que sa carrière professionnelle.

« Visé cherchait un kiné, j’avais 2-3 potes qui y jouaient et je suis arrivé au moment de la première montée en D1. Étant donné que je jouais toujours au foot à ce moment-là, je cherchais un club dans un autre sport afin que les horaires puissent se goupiller. J’ai toujours été attiré par la kiné sportive. » Aussi, même s’il ne connaissait guère le handball avant de rejoindre le club bassi-mosan, il a appris à apprécier son nouvel environnement au fil du temps. « C’est un sport que j’ai découvert et finalement, j’aurais peut-être bien voulu y jouer… J’aime bien la mentalité, avec la notion d’amitié et un esprit fort familial. C’est aussi un sport assez fair-play. »

Son job auprès du HC Visé BM n’est pas quotidien, mais lui prend tout de même pas mal de temps. « Le hand est un sport qui se professionnalise petit à petit et ne demande pas encore une assistance médicale permanente. Ceci dit, comme je n’habite pas très loin du hall omnisports de Visé, j’y passe parfois le soir à l’entraîne-ment. En parallèle, les joueurs viennent à mon cabinet, situé à Aubel et où je travaille avec mon associé Steve Doll depuis 8 ans. Et j’assiste aussi à tous les matchs du club. Au fil du temps, des liens se sont créés et je connais le microcosme du hand francophone ; on voit toujours un peu les mêmes têtes. Pour moi, cela est devenu plus qu’un boulot… »

Grâce à sa quatrième place la saison passée au terme des playoffs, Visé prendra part, pour la quatrième année d’affilée à la Coupe d’Europe. Une belle aventure en plus pour Michaël Meex, qui est de tous les déplacements euro-péens.

POLOGNE, SERBIE, ETC.

« J’essaye de m’arranger avec mon boulot, sachant que je travaille aussi dans un hôpital. La Coupe d’Europe, c’est une aventure un peu particulière, avec beaucoup de boulot et des soins non-stop. D’une manière générale, on vit en tout cas de belles années ; il ne manque plus qu’un titre et on y travaille. Le petit club de Visé commence à prendre de l’ampleur », reprend notre interlocuteur, qui a déjà eu l’occasion de se rendre en Pologne, en Serbie, en Bulga-

rie ou encore en Tchéquie avec Visé. « On voudrait maintenant une destination un peu plus estivale », sourit Michaël Meex, précisant que le premier rendez-vous européen de la saison 2017-2018, ce sera une confrontation en aller-retour à Visé face à des Moldaves en octobre. « C’est en Challenge Cup, qui est un peu l’équivalent de l’Europa League en foot. » Depuis son départ de Faymonville, on ne le voit plus aux abords des terrains de foot avec sa mallette de kiné. « Mais si je dois recommencer un jour, je pense que ce sera à Aubel, vu les affinités que j’ai avec ce club. » 

OLIVIER DELFINO

Les commentaires sont fermés.