Vergers à cidre de Stassen moins touchés

Pour André-Marie Hallet, qui exploite sous contrat avec la cidrerie Stassen des vergers de pommes à cidre à Aubel, Capture d’écran 2017-05-03 à 08.21.07.pngses arbres peuvent encore fleurir, même si une partie est déjà abîmée. « Même s’il ne restait qu’une quinzaine de pour cent de fleurs et que la suite réussissait, on pourrait encore avoir une bonne production », nuance-t-il.

Un optimisme mesuré que partage Jean-Pierre Stassen, à la cidrerie. Il souligne que pour les pommes classées « à cidre », dont 150 hectares sont sous contrat au Pays de Herve et dans le nord de la France, la floraison est plus tardive. Traditionnellement, on l’attend début mai, mais elle sera prévue cette fois vers le 15 mai. Dans le jus entrant dans la composition du cidre, il y a aussi des pommes de table. Pour elles, il est clair qu’il y aura du dégât et que le prix risque de s’en ressentir, au kilo. Mais on ne pourra mesurer avec plus de précision l’étendue des ravages que lors de la nouaison, soit quand les petits fruits apparaîtront, tant chez nous qu’ailleurs en Europe. Notamment en Pologne, qui produit environ le tiers des 12 millions de tonnes de pommes du continent, dont la moitié finit en jus. 

YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 3 mai 2017

Les commentaires sont fermés.