Aubel doit être à 200 % à Spa

Il n’y a pas d’autres choix pour les Aubelois : un maintien passera par un investissement à 200 % dans l’ensemble des confrontations qu’il reste à jouer et ça commence ce samedi soir (21h) à Spa. Après une bonne prestation non récompensée contre Tilff et un bon déplacement mardi à Hamoir, les troupes de Jérôme Jennes savent que l’heure est capitale si elles veulent jouer les playoffs. « La victoire de mardi a fait du bien au moral », affirme l’Eupenois. « On vient de jouer trois matchs en cinq jours. J’ai donc donné congé à mes joueurs ce jeudi avant d’attaquer les cinq finales qu’il nous reste. » Cinq rencontres capitales où l’investissement à 100 % ne suffira pas. « Il faut plus que 100 % pour gagner à Spa. Une défaite ne nous condamnerait pas, mais ce sera difficile. »

Pour les Bobelins, c’est un rachat de Pepinster qui est attendu par Bruno Dagnely. « Je m’attendais à un revers à Pepinster », témoigne Dagnely. « Il faut qu’on soit moins laxiste en défense et sur les rebonds. Si Aubel perd, ça va devenir compliqué pour eux. » Le coach spadois ne sait toujours pas si son équipe participera aux playoffs. « On n’est pas encore inscrit, mais on jouera le coup à fond en essayant de gagner tous les matchs d’ici la fin de saison. »

Le lendemain (D. 11h), Pepinster reçoit Belleflamme dans un affrontement à six points. Un match que Sébastien Dethioux sait important. L’entraîneur pepin, qu’on annonce comme probable joueur de P1 l’an prochain, espère voir une prestation comme celle du week-end dernier contre Spa. « On doit essayer de garder de la constance », déclare-t-il. « Il ne faut pas galvauder la victoire de Spa ce week-end. Au match aller, on a pris plus de 30 points dans la vue. De plus, avec Peremans et Johnson Matumuini, Belleflamme propose une tout autre équipe. Il nous faut ces six points avant de nous rendre à Neuville pour notre dernier déplacement de la saison. »

Dimanche après-midi, Ensival se rend au Mosa (15h30). L’équipe de Christophe Hauglustaine ne veut rien changer à ses plans et vise toujours le tour final. « On n’a rien changé », explique-t-il. « On veut un maximum de vic-toires. On n’a pas encore rediscuté des playoffs. On n’est d’ailleurs pas encore inscrit. » Le coach se méfie du Mosa. « C’est une jeune équipe qui court beaucoup et qui ne lâche rien. Il faut faire attention aux équipes qui jouent pour se sauver. » Surtout que la victoire à domicile s’était jouée de quelques points, et ce, sans le shooter phare Jason Troisfontaine. Les Angleurois pourront aussi compter sur le retour de Nicolas Vanbockestal, après trois mois de suspension. 

M. SC. dans LA MEUSE VERVIERS du 18 mars 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel