Un long chemin pour revenir au top niveau

Armand Marchant poursuit sa revalidation après sa grave blessure (éclatement du plateau tibial, déchirure des ligaments interne et croisé antérieur, ménisque touché) encourue début janvier lors du slalom géant d’Adelboden (Suisse). C’est ainsi qu’il vient de mettre le cap sur Capbreton (sud-ouest de la France) et son très réputé Centre Européen de Revalidation du Sportif (CERS). « J’y suis depuis jeudi dernier et j’y resterai jusqu’au 30 mars, date de fin de la première période. » La situation sera ensuite réévaluée et le séjour sera peut-être prolongé, mais Capture d’écran 2017-03-08 à 08.19.11.pngimpossible à savoir actuellement. Sur place, le jeune Thimistérien est accompagné par sa maman pour les premiers jours. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que le programme est intensif, même s’il n’a pas encore la possibilité de poser le pied à terre. Pour cela, il faudra encore attendre jusqu’à la fin du mois, si tout continue à bien suivre son cours. « L’objectif ici, c’est de gagner des degrés de flexion. C’est petit à petit. La journée-type ? Première séance de kiné à 8h30 puis cardio à 10h, repas à midi, piscine l’après-midi, musculation du haut du corps à 16h, kiné et récupération à 18h, repas à 19h et couvre-feu à 22h. Tout le monde est là pour s’entraider », expose le skieur, qui doit s’armer de patience sur le chemin du retour et sera vu tous les mercredis par le médecin du centre. Celui-ci fera compte-rendu au chirurgien et donnera ses directives au kiné. « C’est pro, je ne pouvais pas espérer mieux. » 

OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 8 mars 2017

Les commentaires sont fermés.