Diplôme obligatoire pour nos entraîneurs

Une nouvelle révolution qui ne fait pas que des heureux au sein de nos équipes provinciales

L’ACFF a-t-elle pour objectif d’étrangler financièrement les petits clubs de football ? Voici une question que se posaient plusieurs dirigeants à l’issue de la réunion d’information organisée par la Royale Entente Sportive Verviétoise ce lundi du côté de Battice.

La soixantaine de personnes dans l’assemblée avait répondu à une invitation par email au sein de laquelle on pouvait découvrir de nouvelles règles, décidées par l’ACFF (association des clubs francophones de football), à suivre impérativement sous peine de sanctions, à savoir des amendes mensuelles qui risquent de créer un trou dans la trésorerie des clubs ! Concrètement, on apprenait que, pour les clubs de P1 et de P2, l’entraîneur principal devra être en possession d’un diplôme UEFA-B avec une licence valide à partir de la saison 2018- 2019. De surcroît, pour les clubs de P3 et de P4, le coach de l’équipe fanion devra être en possession du Brevet C, au minimum, dès la saison prochaine !

Réactions aubeloises

Michel Remacle (Aubel), qui a l’UEFA-A, il se veut lui aussi très positif. « C’est une très bonne chose pour pousser les formateurs à suivre des cours, mais on doit rester cohérent aussi : il y a une volée de coachs qui sont excellents et n’ont pas de diplôme. Il faudrait une certaine souplesse pour ceux qui sont dans le milieu depuis longtemps. »

Etienne Drion, l’ancien mentor d’Aubel B aujourd’hui à Halthier (P2 lux), ne peut masquer sa surprise : « Avec les « cocos » qui nous dirigent sur le plan fédéral, on ne s’étonne plus de rien. J’ignore si cette réglementation sera en vigueur aussi vite dans le Luxembourg. Avec mon diplôme de prof de gym, je suppose posséder les aptitudes pédagogiques pour l’octroi de ce Brevet C. »

D'une page d'OLIVIER DELFINO et MICHEL CHRISTIANE dans LA MEUSE VERVIERS du 25 janvier 2017

Les commentaires sont fermés.