Val-Dieu en août 1915

Extrait des notes du Père O'Kelly publiées par la Société Royale Archéo-Historique de Visé et de sa Région ASBL et du Musée Régional d'Archéologie et d'Histoire de Visé, sous le titre "1914-1918, à Visé et dans la région liégeoise, 1er tome 1915-1916".

Mouland_1915 (6).jpg

Dans les bois giboyeux de Fouron, scène de chasse des patrouilleurs allemands. Document de Théo Broers.

Au VAL-DIEU l'on vit "In vinculo Paces" suivant la devise de l'abbaye. L'abbaye comprend 13 pères et 7 frères. On range parmi les pères 2 novices. Un père est réfugié en HOLLANDE, 2 sont en ALLEMAGNE, étant de ce pays. P. Edmond Gyselinx dirige le Val comme abbé. En cette octave de St Bernard, les populations étaient accourues nombreuses à l'église du monastère. Le 19, jour de St Bernard, P. Halanzy, rédemptionniste a prêché le panégyriste du saint fondateur. 

ST JEAN SART On y parle de la grande abondance de miel obtenu cette année.

Les fils électrisés qui doivent retenir à la frontière hollandaise, les Belges chez eux, prennent leur force au tram de VAALS à AIX. Le long de ces engins de mort on trouve des lièvres et autre gibier, de la volaille. Les villageois ne pouvant enfermer leurs poules les vendent. Cette vente devient de plus en plus générale dans le pays de HERVE, faute de nourriture. Le ravitaillement recevra cependant sous peu du maïs, à AUBEL.

Au VAL-DIEU, il y a encore 80 poules, coûtant 5 F d'entretien par jour. La ponte couvre les frais car les oeufs coûtent 14 C et plus. Le nombre en diminue chaque jour : elles passeront par la cuisine avant l'hiver. Au SART environ 30 poules donnent seulement 7 oeufs. Il ne sera pas possible de les garder.

La viande de boucherie est rare, car les bêtes grasses n'existent plus. Le fermier est réduit à un nombre limité de vaches. Le beurre se vend 2 F la livre. Des particuliers l'allongent pour leur usage, en battant un K de beurre avec 1 litre de lait, ce qui donne un beurre blanc. Le froment sera vendu, croit-on 27 F. Les All. se pourvoiront d'avoine car leur récolte n'a pas réussi autrement en est-il du froment et du seigle. Les fruits sont déjà presque tous vendus aux marchands qui viennent les prendre sur place. Voici des prix à ST JEANSART : Les pommes sûres de conserve se vendent, 1ère qualité à 15 F les 100K et 13 F la 2e qualité. Lespommes douces se vendent, 1ère qualité 9 F et de 7 F 50 à 8 F la 2e qualité. Les poires de conserve se vendent de 9 à 10 F. Les fruits à sirop l'un dans l'autre vont à 7 F 50. Le sirop commence à se fabriquer; L'odeur se répand autour des habitations. Vu la cherté du beurre, l'usagedu sirop aété général au point qu'il ne s'en trouve presque plus. Il se vend 80 Cla 1ère qualité. Le nouveau sirop coûtera cette année 65 à 70 C.

A STROUVENBOSCH il se dit que le poste qu'a logé depuis décembre à la commanderie, annonce enfin son départ, la semaine prochaine.

A AUBEL. 3 fois par semaine la HOLLANDE envoie 900 pains blancs. Prix 1 F 15.

Chaque jour le train débarque à la gare des matériaux divers pour le chemin de fer d'AIX.

A HOMBOURG, la cambuse est plutôt luxueuse. Sur les hauteurs de la région, on entend régulièrement le canon.

 

Les commentaires sont fermés.