• Le Lions Club Aubel Bocages a récolté la coquette somme de 16.000 € pour soutenir des associations de notre région

    P1030601.jpg

    La générosité et le don de soi ne sont pas de vains mots pour les 21 Dames du Lions Club Aubel Bocages. Ils prennent leur sens lors des nombreuses activités réalisées au cours de ces 12 derniers mois.  Parmi celles-ci, citons le Fashion Show en septembre 2014,  la soirée de printemps de mars 2015 et la soirée théâtre à Aubel en avril dernier.

    Ces rendez-vous labellisés « Lions » permettent au club de soutenir financièrement des associations locales principalement axées sur l’enfance et la petite enfance.

    Fidèle à sa tradition annuelle, le Lions Club Aubel Bocages procède à la remise de chèques aux œuvres qu’il soutient. Cette année encore, ce 28 mai 2015, la Présidente Anne-Marie Kerstenne-Wéber assistée de Josiane Degreef de la Commission des Œuvres,  en présence de toutes les Dames du Club, ont eu l’honneur et l’immense joie de distribuer une somme de 16.000 €.

    Parmi les œuvres soutenues,  retenons  « le Bailou » d’Aubel pour apporter « une petite pierre » dans la construction de son nouveau bâtiment,  l’Asbl « Les Canaillous » de Herve pour l’achat d’un module de psychomotricité,  « l’Envolée » de Chaineux qui propose aux jeunes,  quel que soit leur handicap, un ensemble de loisirs et de sports, le « Rêve Bleu » de Montegnée dont l’objectif est de réaliser quelques rêves pour les enfants atteints de maladies graves,  « Soleil au Cœur » de Moresnet.  Cette année encore, la « Maison Michotte » de Liège se verra remettre un chèque pour apporter à ses petits enfants placés par le Juge la possibilité de s’initier au jardinage et l’aménagement d’un espace de je extérieur.

    C’est à chaque fois une expérience positive et une motivation supplémentaire de constater les résultats au sein des œuvres soutenues.

  • Aubel — La fête approche ; elle aura lieu du 16 au 24 juin.

    Partout on fait déjà de grands apprêts. De nombreux forains s’installeront sur la place de la foire, tels que le grand carrousel Loncin, le Théâtre Figaro, tirs, fritures, etc., qui promettent de donner à cette place l'aspect des foires de nos grandes villes.

    De son côté, la Société de Saint-Hubert, composée d’hommes d’action, dévoués et sérieux, fait les plus grands efforts pour organiser les réjouissances publiques les plus variées.

    Les deux bals champêtres des 16 et 23 juin seront plus jolis que jamais. On sait que ceux-ci jouissent dans toute la province, d’une grande renommée, tant par la bonne organisation que par la bonne et honnête société qui les fréquente.

    Mais le clou de la fête sera certainement l’éclairage électrique de toute la ville. Le coup d’œil sera féerique, quand, au crépuscule, l’estrade, le buffet, les places publiques, les rues, ornés de drapeaux, et d’oriflammes, recevront les rayons des phares électriques.

    Seront également éclairés à la lumière électrique le Grand café et sa nouvelle salle de concerts.

    Cette dernière mesure 240 mètres carrés, a deux galeries, une scène et sera recouverte d'un toit-dôme en verre.

    Les processions seront également splendides; la rentrée surtout est magnifique et par le bon ordre et la dévotion qui y règne et par la beauté des ornements religieux.

    Sous ce rapport, les processions d’Aubel dépassent toutes celles des environs, sans en excepter même Herve.

    Si le soleil nous fait risette, nul doute que ces joyeux jours de fêtes amèneront une foule d’étrangers et nous espérons que nos commerçants et cabaretiers feront bonnes recettes.

    C'est ce qu'écrivait "LE JOURNAL D'AUBEL" le 9 juin 1895... il y a 120 ans. Et il annonçait aussi l'inauguration de la nouvelle du GRAND CAFE:

     

    20150408_083a.jpg

     

  • Une Jaguar, une Porsche et une Ferrari ont été volées ces derniers jours dans la région

    VOLS DE VOITURES

    Capture d’écran 2015-05-28 à 07.44.58.png

    Avec le beau temps, les belles cylindrées sont de sortie et les voleurs en profitent. Ce dimanche un voleur culotté s’est emparé d’une Jaguar de 1973 dans le parking de l’abbaye de Val-Dieu à Aubel. Dans le parking bondé, il a fait comme s’il était le propriétaire du bolide. Une Ferrari Testarossa a été subtilisée dans un parking du circuit de Spa-Francorchamps le même jour. Et ce mardi, c’est une Porsche 911 qui s’est volatilisée. Elle était garée rue de l’Usine, à Heusy.

    Ce dimanche 24 mai, le soleil aidant, nombreux étaient les détenteurs de voitures de collection à profiter de la journée pour sortir leurs belles cylindrées. Ceci, pour le plus grand plaisir de voleurs qui ont dérobé une Jaguar à Val-Dieu et une Ferrari à Francorchamps durant la même journée. Et ce mardi, c’est une Porsche qui a été volée à Verviers.

    Il était loin d’être content, cet Allemand, quand il est revenu dans le parking de Val-Dieu après avoir mangé un bout. Il a alors découvert une autre voiture garée à la place de sa Jaguar. Un voleur avait repéré la pièce de collection de type E 1973 roadster V12 un peu plus tôt dans l’après-midi. Culotté, il s’est fait passer pour son heureux détenteur. « Il n’a pas hésité à prendre le volant de la belle alors que le parking était bien rempli et fréquenté, indique la police de la zone du Pays de Herve. Il s’en est allé à bord de la Jaguar non sans regarder de manière hautaine d’autres personnes qui attendaient son départ pour garer leur propre véhicule. »

    Lire la suite

  • Un banquet avec de magnifiques images de la région

    Capture d’écran 2015-05-27 à 08.09.49.png

    Le premier numéro du nouveau divertissement de la RTBF, avec Cédric Wautier et Sara de Paduwa aux commandes, a été tourné dans la région d’Aubel. Le Banquet, mêle émission culinaire et chasse aux trésors sur fond de découverte d’un terroir, avec deux équipes en compétition. Il a été diffusé hier soir, alors que l’emblématique fromage de la région est actuellement en pleine tourmente. Mais ça, les producteurs de l’émission ne pouvaient s’en douter vu que le tournage a été réalisé en juillet 2014. « On a d’abord cherché un endroit de toute beauté pour commencer, avec un terroir de caractère », explique Frédéric Ledoux de la société Snark Productions qui produit l’émission.

    Une fois l’endroit déterminé, la production s’est mise à la recherche de producteurs artisanaux. Les deux équipes disposent d’un ingrédient commun, le porc fermier d’Aubel en l’occurrence, et partent à la recherche d’autres produits artisanaux pour concocter un menu 100 % terroir.

    Parmi les critères de sélection des 7 producteurs, il fallait des produits de qualité et des lieux de production accessibles à vélo !
    C’est ainsi que le Herve de José 
    Munnix, sanctionné dernièrement par l’Afsca, s’est retrouvé dans l’aventure télévisée. « Ça s’est très bien passé avec José Munnix. Le Herve était bien présent, même si on n’a pas tourné en odoramat », sourit Frédéric Ledoux. « Je vois ses soucis d’un œil attristé pour lui. Il est victime d’une politique. J’espère que l’émission lui donnera un ptit coup de projecteur. En tout cas, il a régalé les convives et personne n’a été malade!»

    Ses fromages ont en effet été inté- grés dans les préparations culi- naires de grands chefs, pour être ensuite dégustées par des convives qui ont déterminé l’équipe ga- gnante.

    AURÉLIE FRANSOLET ET YVES BASTIN dans LA MEUSE BASSE-MEUSE

    Une autre page est à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 27 mai 2015

  • Il lève des fonds pour aider un village népalais

    AUBEL – SÉISME AU NÉPAL 

    Capture d’écran 2015-05-26 à 07.20.08.png

     Jacques a déjà récolté près de 4.000 euros

    Depuis le 25 avril, date du premier séisme au Népal qui a fait plus de 8.000 morts, l’Aubelois Jacques Leclère a monté un collectif citoyen afin de venir en aide aux habitants du village de Laprak. Dans le village, situé dans la région de Gorkha, à près de 200 kilomètres de Katmandou du côté de la frontière chinoise, se trouvent Lil Gurung et sa famille. Des amis proches des Leclère qui ont tout perdu dans la catastrophe.

    Dès l’annonce du terrible trem- blement de terre au Népal, Jacques Leclère et sa famille ont entamé des démarches afin de récolter des fonds pour venir en aide à leur ami Lil. « Quand on a appris ce qu’il s’était passé on a appelé notre famille et nos proches pour essayer d’avoir des dons. Au début c’était surtout du bouche-à- oreille et puis ça a tellement bien fonctionné que j’ai créé une page Facebook où j’explique notre démarche. J’ai vraiment été étonné des sommes qui m’arrivaient pour aider Lil et les habitants du village », explique Jacques Leclère. La famille Leclère a rencontré Lil et ses proches lors d’un voyage au Népal. « Nous y sommes partis en mars 2013. L’oncle de Lil a une agence de trek à Katmandou et Lil y est guide, il accompagne les groupes. Son plus grand rêve c’était d’apprendre le français. C’est un garçon vraiment attachant et il est un peu devenu notre fils de cœur. Il est venu trois mois à la maison pour commencer à apprendre la langue. Et puis nous sommes retournés là-bas en octobre de l’année passée. Il nous a accueillis chez lui, dans son village à Laprak », raconte la belle-sœur de Jacques Leclère. 

    Lire la suite