Des appartements à l’école

AUBEL - ÉCOLE LIBRE 

Enersol souhaite transformer l’école en un projet d’habitat groupé intergénérationnel 

Les bâtiments de l’école libre d’Aubel, rue de la Station, changeront radicalement de Capture d’écran 2014-10-29 à 09.41.47.pngfonction d’ici quelques années. Prochainement rachetée par l’entreprise Enersol de Battice, qui a déjà une promesse de vente signée, cette implantation de l’école devrait se transformer d’ici quelques années en un bâtiment de logements intergénérationnels comprenant 12 appartements.

Toutes les classes de l’école libre vont être regroupées, à terme, rue de Gorhez. La vente du bâtiment de l’implantation de la rue de la Station permettra la construction de bâtiments sup- plémentaires à côté du bâtiment déjà existant, rue de Gorhez. En attendant, la maison attenant à l’école de la rue de la Station, à rue, a déjà été vidée pour qu’Enersol puisse démarrer le plus rapidement possible ses ré- novations.

« Enersol va venir y travailler dès 2015. Les élèves continueront à fréquenter l’école de la rue de la Station jusqu’à ce que le nouveau bâtiment de la rue de Gorhez soit terminé. On espère commencer le chantier de construction de la nouvelle école au printemps 2015 mais les choses prennent un peu de retard » explique Monique Stas, la directrice de l’école libre d’Aubel. Une première phase de travaux est donc prévue dans la maison qui a pignon sur rue. Trois appartements y seront déjà disponibles d’ici un an.

DES TRAVAUX EN DEUX PHASES

Une fois le nouveau bâtiment terminé, l’implantation existante de la rue de Gorhez subira, elle aussi, un véritable lifting afin de redonner une seconde jeunesse à l’entièreté de l’école, ce qui ne sera sans doute pas du luxe. « Un ingénieur en stabilité est venu contrôler l’étage du bâtiment de la rue de la Station. Il nous a dit qu’il ne présentait pas de problème au niveau de la stabilité mais qu’on ne pouvait plus rester encore 10 ans dans l’école sans faire de travaux » dévoile la directrice.

L’entreprise de Battice, spécialisée dans les énergies renouvelables, se lancera donc pour la première fois dans la création immobilière par le biais de sa filiale Citénergie Aubel. D’ici 2018, Enersol devrait avoir terminé la rénovation complète des bâtiments pour proposer 12 nouveaux appartements. « Ce sera de l’immobilier participatif selon notre concept de Citénergie. Il s’agira d’un immeuble à habitat intergénérationnel » explique Samuel Bragard, le gérant et patron d’Enersol.

En 2017, l’école libre devrait pouvoir emménager dans ses nouveaux locaux et ainsi laisser la place entièrement libre à l’entreprise qui alors seulement, entamera sa deuxième phase de travaux par la rénovation du bâtiment scolaire. S’il est encore difficile de tabler sur une date précise, ce chantier d’Enersol devrait se terminer en 2018. Après quoi, les appartements seront revendus à une coopérative citoyenne qui s’occupera de la gestion de l’immeuble et de la location des appartements. Au moins la moitié de ceux-ci devra être « réservée » à des personnes seules ou âgées. Les autres appartements, plus spacieux, accueilleront des familles.

Un article de VICTORIA MARCHE dans LA MEUSE VERVIERS du 29 octobre 2014

LE CONCEPT DE CITÉNERGIE EN QUELQUES MOTS

« Le concept de Citénergie a été mis au point pour se faire rencontrer l’épargne citoyenne et les projets locaux » Capture d’écran 2014-10-29 à 09.41.59.pngexplique André Jacquinet. « Une fois que les travaux seront réalisés, l’ensemble va être revendu à une coopérative citoyenne qui gérera l’ensemble des appartements. La coopérative citoyenne, mise au point par Enersol, invite le citoyen à placer son épargne dans un projet local qui a du sens plutôt que dans les systèmes d’épargne habituels qui accusent un faible taux de rendement. Chaque mois l’investisseur perçoit des intérêts ou un dividende payés par les loyers » décrit le directeur financier. « Cette idée part du constat qu’une série de projets n’aboutissent pas parce que leur financement n’est pas disponible ou autorisé alors que d’un point de vue économique ils se justifient totalement et peuvent être viables. Dans ce projet-ci, il n’y a pas non plus de risque au niveau du chantier et d’éventuels retards puisque la coopérative ne rachètera les bâtiments qu’au moment où le chantier sera totalement acheté. »

Le concept de Citénergie envisage aussi le logement d’une autre manière. « Le dossier de l’école libre est un projet d’habitat groupé où les différents occupants auront l’occasion de se rencontrer plutôt que de rester enfermés dans leurs quatre murs. Il y aura une cohabitation plus conviviale avec un jardin commun, une buanderie commune, qui per- mettra aussi de réduire les coûts, etc. On pense aussi à créer de petits événements pour faire se rencontrer les gens » décrit André Jacquinet. 

Les commentaires sont fermés.