Célébration des funérailles de Robert Willems

Robert-2.jpg

Chers lecteurs de ce blog, 

Quand je vous croise, vous me dites souvent que j'ai, en quelque sorte, repris le rôle du regretté "Journal d'Aubel" par mes publications sur ce blog. Et quand je relis les archives du "Journal d'Aubel", j'y trouve régulièrement des hommages prononcés à l'occasion des funérailles de personnalités de la région. 

J'ai donc demandé à M. Paul Bour de nous transmettre l'hommage qu'il a rendu à Robert Willems au cours de la célébration de ses funérailles. Vous le trouverez in extenso ci-dessous.

                Célébration des Funérailles de Robert Willems.

        AU CREPUSCULE D’UNE VIE BIEN REMPLIE, TE VOICI ROBERT A L’AUBE D’UNE VIE QUI COMMENCE.

                                                        Cher Robert,

Une pensée qui pourrait être adaptée à chaque être humain qui quitte l’ici-bas pour rejoindre le Très-Haut.

De  plus, cette pensée donne un SENS à toute vie  humaine, à chaque fin de vie  humaine.

Cette pensée «  Au crépuscule d’une vie  nouvelle bien remplie » te voici cher Robert à l’aube d’une vie  qui commence.

A la  lecture de cette pensée, pas un mot n’exprime une fin, ni ici-bas ni dans  l’au- delà.

La  mort ne doit  pas  être considérée comme  une fin en soi mais  comme un passage vers une vie autre qui commence. C’est cette espérance qui doit résonner en nos  cœurs.

Cher Robert, une vie bien remplie. Oui. Des témoignages confirmant cette affirmation ,nous en possédons tous qui l’avons côtoyé.

Quant  à moi, je voudrais mettre en exergue les nombreuses  années  passées au sein du pouvoir organisateur des écoles libres catholiques d’Aubel : l’école fondamentale et l’école professionnelle. Tu as fait  partie de l’équipe dirigée par monsieur Albert Géron d’abord ,par monsieur Pierre Mertens, notaire en suite accompagnés de messieurs Henri Detry, Evrard Cabay, Jean-Marie Goessens, Jean Pauporté, Pierre Veschkens, Marcel Collings, José Franckart.

C’est suite  à la démission de ton oncle René que tu es  entré comme  membre actif au sein du pouvoir  organisateur . Nous sommes en      (?).

C’est durant ta  présence au sein de ce comité que, avec tes collègues, vous avez été amenés à prendre des décisions qui ont  orienté l’enseignement  libre  à Aubel :

1.    La création et la suppression de l’école  professionnelle avec toutes les contraintes : création du bâtiment, aménagement des locaux, l’équipement, les nominations du personnel enseignant, les fins de contrat ors de  la fermeture. Des contraintes  mais aussi des réussites ne fut-ce que la satisfaction de besoins qui s’étaient  manifestées à uh moment donné de  notre région notamment  pour les jeunes filles ayant terminé l’école  primaire, désireuses de devenir de bonnes  épouses, mamans et ména&gères.

2.    La création , la  mise en place ,la mise en route de la  mixité à l’école fondamentale, changement qui a duré 3 ans.

3.    La fusion des deux  implantations sous  une seule école.

 

Cher Robert, nous retiendrons ces trois grands moments où tu as participé  à des choix difficiles. Tu as  usé de ta  patience pendant de  nombreuses années pour résoudre les problèmes le  plus souvent financiers empiétant  sur les satisfactions. Malgré cela ,tu as toujours tenu bon.

Merci Robert au nom de tous  les enfants, élèves à une époque où grâce aux membres du pouvoir organisateur ont  pu s’épanouir, s’instruire, se comporter pour aujourd’hui être des adultes et des citoyens responsables. Merci au nom de toutes les jeunes filles qui ,ayant été formées à l’école professionnelle, sont devenue des femmes, des épouses, des mamans qui se sont  lancées dans  la vie riches d’une bagage de connaissances  pratiques, de savoir faire, adaptés aux besoins de  l’époque et de l’heure actuelle.

A titre plus  personnel, je savais que tu cherchais toujours  à perfectionner le contenu du "Journal d’Aubel". C’est ainsi que tu m’as contacté pour que que  je  prenne  ma  plume pour écrire quelques articles ayant trait à l’éducation des enfants, des articles pour les  parents, des articles consacrés aux  problèmes de l’enseignement.

C’est alors que  j’ai pu découvrir les qualités  journalistiques de Robert.

J’en retiens  deux :

1.    L’orthographe : nous savons de qui il a hérité cette qualité, cette exigence du savoir écrire : de ses deux oncles : l’oncle  Alphonse et l’oncle René.

2.    La rédaction écrite. Tu exigeais des textes de qualité.

 

Une vie bien remplie qui a pris différentes directions  mais toutes orientées vers un seul fil conducteur : le SERVICE AUX AUTRES ;base de toute ta vie ,riche de s’être orientée vers des créneaux différents.

Pour  notre paroisse

                  Monique et toi étiez des paroissiens fidèles de  la  messe dominicale. Il suffisait de regarder vers la droite. De  plus, malgré ton état de santé s’affaiblissant, tu as continué à ESPERER. Fidèle  à la  messe dominicale présentée à la T.V., elle était d’une grande  importance pour toi puisque tu communiais en symbiose avec ce grand  moment vécu à la T.V.

A L’AUBE D’UNE VIE QUI COMMENCE !

Oui , Robert, tu commences  une autre vie. C’est la foi, ton espérance vécues ici-bas qui t’ont  préparé à ce nouveau chemin de vie accompagné des valeurs de service, d’amitié, de responsabilité, d’engagement que tu as vécues  ici-bas.  C’est là le contenu de ton sac à dos que tu emportes. Ce sac  à dos ne subira  plus  l’effet de  la  pesanteur.

Cher Robert, sache que c’est une vie qui commence ,qui n’aura  pas de fin mais qui restera marquée par ton épouse ,tes enfants ,tes petits-enfants et te amis. Courage chère famille.

A toi Robert, nous te disons  MERCI et AU REVOIR.

                                                                                                     P.Bour

                                                                                          Aubel, ce 10 juin 2014.

Les commentaires sont fermés.