Agriculture

  • De "L'Emporté" d'Aubel au Pam-Pam à Visé

    Le commerce visétois se réjouit de l’arrivée d’un glacier artisanal avenue du Pont à Visé.
    Il s’agit de la Ferme de Gérard-Sart à Saint-André (Julémont) qui a loué le bâtiment emblématique à l’entrée de la cité de l’oie où sévissait le célèbre Pam-Pam.

    Il y a quatre ans, la Ferme de Gérard-Sart a repris un commerce à Aubel place Albert 1er, le bar à glace « L’emporté » qui vend de la glace uniquement à emporter, d’où le nom du bar, sans pouvoir la déguster sur une table.

    A Visé, à la place du Pam-Pam, il y aura un comptoir à glaces, à déguster sur place ou à emporter, ainsi qu’une petite restauration le midi et le soir (salades, croque-monsieur, pâtes,...).

    D'un article de MARC GÉRARDY dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 30 juin 2018.

  • 3 fois plus de pommes que l’an passé !

    Après la catastrophe de l’an dernier, enfin une bonne année pour nos fruiticulteurs

    Une bonne année pour les fruitiers : tout bon pour nos vergers et les exploitants. 

    On n’en est pas encore à cueillir les fruits, mais la récolte 2018 promet déjà d’être bien meilleure que celle de l’an passé, qui avait été catastrophique en Europe.

    D'une page d'YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 16 juin 2018.

  • Le ministre a-t-il favorisé la société aubeloise ?

    Des responsables de l’AFSCA impliquent la SPRL Denis Baltus dans le cadre de l’affaire du fipronil.

    La société aubeloise Denis Baltus a-t-elle été favorisée par le ministre Ducarme, qui lui aurait donné plusieurs délais supplémentaires pour lui permettre de se mettre en ordre avant une perte de ses autorisations ? C’est ce que disent des membres de l’AFSCA et ce qui semble apparaître d’un rapport dont nous avons pu prendre connaissance. Mais, tant du côté du ministre que de la société, on réfute toutes les accusations.

    Dans la nouvelle affaire touchant à des fraudes dans le secteur de la viande, Le Soir rapporte jeudi le témoignage d’une personne travaillant à l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA). Elle relève ce qu’elle estime être des « éléments troublants » impliquant l’entourage du ministre de tutelle de l’agence, Denis Ducarme (MR), concernant l’affaire Derwa. Mais aussi concernant une entreprise aubeloise, la SPRL Denis Baltus, dans le cadre de l’affaire du fipronil.

    D'une page à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 13 avril 2018.

  • Jeholet : « Ne pas supprimer l’AFSCA »

    Durant toute la semaine, le dossier Veviba a occupé le ministre wallon de l’Emploi et de l’Économie, le Hervien Pierre-Yves Jeholet (MR). Il revient sur cette semaine agitée, sur les actions mises en place en urgence et sur l’avenir du secteur de la viande, dans un entretien avec Bruno Beckers dans LA MEUSE VERVIERS du 19 mars 2018

    " En Wallonie, on a des matières premières (lait, culture, bois, eau…), mais dans le secteur alimentaire toute la transformation se fait en Flandre ou ailleurs ! Il y a un bel exemple chez nous à Aubel avec la siroperie, la cidrerie, la viande, mais c’est une exception en Wallonie ! On serait encore plus fort si on transformait ces matières premières chez nous pour avoir encore plus de richesse."

  • +35 % de bêtes à l’abattoir d’Aubel

    Avant que le scandale sanitaire du site Veviba n’éclate, l’entreprise bastognarde approvisionnait près de 30 % du marché belge en viande bovine. Depuis, les grandes surfaces et les autres clients de Veviba se tournent vers d’autres abattoirs pour continuer à proposer de la viande de bœuf aux consommateurs. À l’abattoir communal d’Aubel, la charge de travail a augmenté depuis quelques jours. D’environ 480 bêtes abattues par semaine, on est passé à 650 la semaine dernière, soit 35 % de production en plus.

    LA MEUSE VERVIERS du 19 mars 2018 consacré une page aux suites du scandale chez Veviba.