Aubel

  • Conseil communal placé sous le signe de la Saint-Valentin : tout le monde s’aime (quoique… y’a quand même un moment où y faut aller dormir !)

    Patricia Kindermans pour Aubel Citoyen résume le conseil communal du 11 février 2019.

    Résumé du 2èmevolet de notre feuilleton mensuel consacré à nos conseils communaux.

    Dans cet épisode, vous apprendrez que Marc Stassen a appris par cœur le texte de sa prestation de serment, que, pour Francis Geron, « le canard est toujours vivant », que Freddy Lejeune a frôlé l’extinction de voix, qu’un enfant devant une issue de secours, c’est moins grave qu’une table, que le nouveau centre culturel va vous coûter 4,5 € par mois pendant 20 ans, qu’on ne se taxe pas soi-même, que personne ne veut de nous… et bien d’autres choses encore !

    Conseil Communal du 11 février 2019 vu par AUBEL CITOYEN.pdf

  • Aubel piégé par une piètre surface et Beaufays avait l’envie de gagner

    Capture d’écran 2019-02-18 à 09.57.51.pngLe Sporting a enlevé le match qui lui permet de garder l’espoir de se maintenir. Appelés à une réaction après la mauvaise copie rendue à Sprimont, les cadres de l’équipe ont porté celle-ci pour faire tomber un onze aubelois qui n’a jamais su s’adapter aux conditions de jeu (terrain truffé d’imperfections et vent latéral). Ajoutons-y la bonne tenue de la jeune garde à l’image d’un Ben Haddou qui a muselé Van Melsen, et il n’en fallait pas plus pour qu’un Patrick Courtois, venu en spectateur, estime la victoire locale méritée.

    Le score au repos laissait pourtant place au suspense. Si Bosson avait profité d’une relance longue de Colette pour filer battre Beckers (1-0), Mauclet avait rétabli l’égalité en vue du repos sur une récupération de Mutsinzi. « La clef du match,c’était de contrer ce joueur qui nous avait fait mal avant le repos » estimait Christophe Burnet. « Paul Onya l’a très bien fait et il a ainsi arraché le ballon qui a permis de reprendre l’avance. C’était le tournant du match car après nous n’avons plus vraiment connu d’alerte sérieuse ». Parreira avait profité du duel gagné pour lancer Namotte vers le but (2-1). Quelques instants plus tard, le capitaine réalisait le doublé sur un ballon croisé par Bosson (3-1).

    « UN CRAN EN-DESSOUS »

    L’entraîneur aubelois n’a pas passé un bon dimanche. « Nous étions à trois points du top-cinq avant de venir chez le dernier, donc nous pensions bien entendu pouvoir réaliser une bonne opération. Mais nous n’avons pas été à la hauteur. Beaufays s’est mieux adapté à l’état du terrain, surprenant pour la P1, c’est un fait » regrettait René Ernst. « Et je dois aussi reconnaître que certains joueurs ont évolué un cran endessous de leur niveau. Nous avons été pris sur des accélérations avec des gars qui plongeaient dans le dos de la défense. Nous avions pourtant prévu ça… Et le 2-1 a fait particulièrement mal car il nous obligeait à prendre des risques . Je regrette toutefois le hors-jeu sifflé injustement selon moi, sur Mauclet en seconde période. Je pense qu’il peut aller au but. Mais nous devons aussi reconnaître que nous avons souvent choisi les mauvaises options. Le jeu court au sol étant délicat, nous sommes tombés dans le travers de tout balancer et de promouvoir les duels aériens. En pure perte ». Mickael Alvarez se plaignait d’une douleur à la cuisse à la rentrée aux vestiaires et René Ernst espère pouvoir compter sur lui dimanche.

    YVES COLETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 18 février 2019.

    Lire la suite

  • Aubel défait à Mariembourg

    Ce week-end, Aubel se déplaçait à Mariembourg, équipe mal classée de la R2. Arnaud Lardinois ne pouvait compter que sur sept joueurs valides car les autres sont blessés. Pourtant, les Herbagers ont bien commencé la partie face à un adversaire totalement prenable. L'écart était déjà intéressant à la mi-temps et Aubel menait de 9 points avant le dernier quart-temps.

    Puis tout s'est subitement enrayé et Mariembourg en a profité pour glaner une victoire quelque peu inespérée. « Nous avons réalisé trois bons quarts-temps avant un dernier qui nous a coûté la victoire », dit Arnaud Lardinois, quelque peu dépité. « Nous avons fait des bêtises devant et derrière dans ce dernier quart et notre adversaire en a profité pour revenir à égalité puis passer devant. Le fait de jouer à sept n'est pas une excuse car nous avions la partie en main. Il va falloir se réveiller car tous les derbys de ce 2e tour vont arriver. »

    PROLONGATIONS

    Au niveau de l'avenir, Lambot, Bertho, Remacle et Gorlé seront toujours Aubelois la saison prochaine. Gerarts, Deflandre, Liégeois (Dison P2) et Hertay quitteront le club comme Riga, Hubert et Fontaine. Klassen n'a, lui, pas encore rendu sa décision. 

    C.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 18 février 2019.

    Lire la suite

  • La Bière des Amis est maintenant lancée

    Moins de cinq ans après avoir créé la société de distribution de boissons Neobulles, suite à la cession de la cidrerie Stassen au groupe Heineken, Philippe Stassen lance la Bière des Amis. L’Aubelois, qui fut Vervietois de l’année 2008, souhaite que cette nouvelle bière soit la référence à boire en groupe. Pour la société de distribution Neobulles, basée à Thimister, cette boisson est faite pour le partage et ce grâce à son format unique. Il existe en effet des bouteilles de 66 cl. « Nous avons voulu créer un produit authentique, agréable et facile à boire, qui correspond parfaitement à ces moments privilégiés qu’on passe entre amis autour d’une  bonne bière. C’est dans cette même logique que nous proposons un format unique de 66 cl, à partager, comme on peut le lire sur les bouteilles » explique Philippe Stassen. « Et nous avons décidé d’ouvrir près de 20 % du capital de la marque aux collaborateurs de Neobulles… La logique du partage est suivie jusqu’au bout », s’enthousiasme l’homme d’affaires. La Bière des Amis existe aussi en format 33 cl pour répondre aux critères du marché de la distribution et aux envies de ceux qui souhaitent boire leurs bières seuls.

    UNE BIÈRE BLONDE ET BELGE

    La Bière des Amis, dont la production est assurée par la Brasserie des Légendes et la distribution par Neobulles, est une bière blonde de haute fermentation issue d’ingrédients belges et naturels, assure la société qui la commercialise.

    C’est sa seconde fermentation, en bouteille, qui lui confère son pétillant naturel et finalise l’extraction de ses arômes dominants de malt et de céréales évoluant vers des arômes secondaires d’agrumes (orange et mandarine). Tout en étant artisanale et de caractère, la Bière des Amis, qui titre à 5,8 % en volume d’alcool, se veut une bière rafraîchissante et facile à boire.

    La Bière des Amis est disponible dans de nombreux établissements horeca et dépôts de boissons ainsi que dans la grande distribution (Cora, Louis Delhaize, AD Delhaize, Delhaize, Intermarché et, prochainement, Carrefour). Le prix de vente conseillé dans la grande distribution est de 3,59 € (66 cl) et 2,09 € (33cl). « Notre ambition est d’écouler 4.500 hectolitres en 2019, dont 30 % à l’exportation », précise Philippe Stassen.

  • Première manche à Aubel

    Le challenge provincial pour U15 comptera 9 épreuves en 2019. La première manche aura lieu le 31 mars, à Aubel. Vaux-et-Borset vient de s’ajouter au calendrier, le 22 avril.